Sahara : José Manuel Albares réfute les élucubrations algériennes    Le parti Giorgia Meloni en tête des élections législatives en Italie    Maroc : Les militantes font leurs adieux à Aïcha Ech-Chenna, inhumée à Casablanca    À Casablanca, une foule hétéroclite pour un dernier hommage à Aïcha Ech-Channa    Transport routier : Soutien exceptionnel supplémentaire pour les professionnels du secteur    SAR le Prince Moulay Rachid préside à Témara le Grand Prix SM le Roi Mohammed VI du Concours de saut d'obstacles trois étoiles    Espagne : Des supporters pointés pour avoir entaché le match Maroc – Chili    EEAU-Allemagne: Accord pour la fourniture de GNL et de diesel sur 2 ans    L'Espagne répond à l'Algérie : Pas de changement de position sur le Sahara    Sahel: Un sursaut international s'impose face à la crise sécuritaire, selon le chef de l'ONU    Israël et le Maroc ou comment Alger façonne le « bon coupable » et la judéophobie sur le mensonge et la confusion    Tanjazz 2022: en images, la clôture de la 21e édition du festival    Vidéo. "Paroles d'Experts" avec Faïçal Tadlaoui de retour sur H24Info    Musique électronique: Dakhla vibre au rythme de « Into the Wild » de festival Oasis    Covid-19 au Maroc : 7 nouvelles infections et aucun décès ce dimanche    Compilation du meilleur de Benjamin Bouchouari avec les Verts    AG de l'ONU/Sahara: Le Bahreïn réaffirme sa position ferme en soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    Clôture des Concerts de Rabat : Samira Said, Fnaire, Lartiste et Salif Keita enflamment la scène de l'OLM    Un créateur marocain derrière l'habillement de la reine Maxima des Pays-Bas    Marrakech : Clôture en apothéose du Festival Gnaoua Show    Dakhla. 5200 ha irrigués par dessalement de l'eau de mer à attribuer aux jeunes et aux investisseurs privés    Coronavirus au Maroc: 7 contaminations enregistrées ce dimanche    L'égalité des genres, principe essentiel pour le progrès    Transport routier : soutien exceptionnel supplémentaire pour les professionnels du secteur    Casablanca / L'Boulevard : Deux décennies d'existence festive    Maroc – Sénégal : Pour suivre le match des Lions U23 d'Ammouta    Anass Salah-Eddine, l'oublié de la tanière : "Je progresse..."    Sahara marocain : Alger n'a plus les moyens de ses ambitions néocoloniales au Maghreb    Mission de haut niveau de la CEDEAO au Mali: Bamako décline la date du 27 septembre    Le premier vélo électrique « Made in Morocco » à l'assaut du marché national    Attijariwafa Bank consolide ses performances    L'Iran entre révolution et contre-révolution    Aïcha Ech-Chenna n'est plus    L'émotion du père de Brahim Saadoun, après son arrivée au Maroc (VIDEO)    La chimère algérienne s'estompe!    ONU-Guerre de l'Ukraine : La chine appelle à ne pas laisser le conflit "déborder"    Bourse de Casablanca : le résumé hebdomadaire (19 au 23 septembre)    CHU Ibn Sina: 1ère base de données électronique de l'hémophilie et des maladies hémorragiques    Aïcha Chenna, ange gardien des mères célibataires, est décédée    OCP améliore son CA de 72% au S1-2022    Botola: le Tunisien Mondher Kebaier nouvel entraineur du Raja de Casablanca    Laver Cup: l'Europe repasse devant grâce à Djokovic (VIDEO)    Ligue des nations: l'Espagne dominée par la Suisse, le Portugal en profite (VIDEO)    La région Marrakech-Safi et l'OCP scellent un partenariat pour booster le développement    Rabat, Casa, Tanger, Marrakech...Températures prévues ce dimanche 25 septembre    Saad Lamjarred partage des photos de son mariage    22ème FNF: « Zanka Contact » d'Ismaël El Iraki remporte le Grand prix    Prévisions météorologiques pour ce dimanche 25 septembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Des écologistes plaident pour un changement radical de la politique agricole
Publié dans Maroc Diplomatique le 12 - 08 - 2022

Le Maroc souffre depuis quelques années d'un stress hydrique croissant provoquant une inquiétude chez les écologistes. Réunis autour du mouvement « Maroc environnement 2050 », ces écologistes lancent un véritable plaidoyer consistant à « l'arrêt immédiat » de deux cultures fruitières tropicales gourmandes en eau, à savoir la pastèque et l'avocat.

Face à la raréfaction des ressources hydriques et dans un contexte où le Royaume est en proie à sa pire sécheresse depuis 30 ans, les revendications pour un changement radical de la politique agricole au Maroc, se font de plus en plus nombreuses.
Le dernier appel est lancé par le mouvement « Maroc environnement 2050″, qui plaide à une révision de la politique agricole. le mouvement promeut l'arrêt de la culture de la pastèque et de l'avocat.
Face à une situation d'urgence, le mouvement a appelé , par la même occasion, le gouvernement à éliminer toutes les cultures qui assèchent les nappes phréatiques du pays et favorisant la sécheresse.
Dans son plaidoyer, le mouvement « Maroc environnement 2050 » soutient que l'avocatier consomme une quantité énorme d'eau sachant qu'un kilo d'avocat, soit environ cinq fruits, demande à lui seul 1.000 litres d'eau.
Parallèlement, un kilo de pastèques planté dans le désert consomme 45 litres d'eau en cas de recours à la technologie du goutte-à-goutte. De ce fait, "une pastèque pesant 10 kg peut consommer 450 litres d'eau douce", selon le mouvement.
→ Lire aussi: Stress hydrique : après l'eau sanitaire, l'eau potable se raréfie
A cet égard, les écologistes estiment que le Maroc exporte en réalité l'une de ses ressources naturelles les plus précieuses, à savoir son eau souterraine, pour l'exporter sous forme de fruits. Chose qui constitue "une menace" à la sécurité en ressources hydriques du pays d'autant plus que la culture de l'avocatier nécessite une irrigation par l'eau potable.
Le mouvement s'est appuyé sur l'exemple de la pastèque dont le poids est composé à 80 % d'eau pour rappeler que son exportation n'est autre que l'exportation d'une denrée rare à protéger. « L'exportation de 10 kg de pastèques à l'étranger , est équivalente à une quantité de 8 kg d'eau souterraine non renouvelable donnée à l'étranger sans retour. » affirme-t-il.
Par ailleurs, d'autres experts soulignent l'intérêt d'avoir une niche "prometteuse" capable de générer de la valeur ajoutée à l'agriculture marocaine. Mais aussi d'aider à pallier les défaillances de la balance commerciale agricole. Comme ils mettent l'accent sur ces apports aussi bien sur le plan social que sur le plan économique, dans la mesure où la culture de l'avocatier permet de drainer des investissements colossaux de l'étranger .
C'est un dilemme donc qui se pose avec acuité. Faut-il produire ces cultures fruitières destinées à l'exportation ou conserver les ressources hydriques sachant que ces dernières sont en baisse continue.
En effet, la pénurie d'eau se fait de plus en plus sentir dans différentes régions du Royaume.
Le ministre de l'Equipement et de l'Eau, Nizar Baraka, a souligné, au cours d'une rencontre avec la Commission de l'énergie, des mines et de l'environnement à la Chambre des représentants, que l'ensemble des bassins hydrauliques du Royaume connaissent un déficit criard, affectant ainsi l'approvisionnement en eau potable de plusieurs régions du pays.
Une situation alarmante qui soulève des interrogations sur la pertinence et l'efficacité des politiques déployées par le gouvernement.
Certes, le Maroc a mis en place une série de stratégies pour minimiser les dégâts et faire en sorte que la situation s'améliore dans les années à venir. La construction d'ici 2023 de 120 barrages fluviaux ainsi que le renforcement des programmes dédiés au dessalement des eaux de mer et des eaux usées en font partie.
Cependant, ces mesures restent « insuffisantes » , selon Mohamed Benata, ingénieur agronome, docteur en géographie et président de l'Espace de solidarité et de coopération de l'Oriental (ESCO).
«Le Maroc a institué des politiques publiques, surtout dans le domaine agricole, visant à la surexploitation des ressources hydriques souterraines pour l'encouragement de la production et l'exportation des cultures trop consommatrices d'eau. Cela a conduit au rabattement de toutes les nappes phréatiques à travers le pays, ce qui est une erreur stratégique très grave. Le Maroc a fait beaucoup d'effort en matière de construction de barrages, seulement une étude d'évaluation de cette expérience de plus de soixante ans devrait être faite pour tirer les conséquences et les leçons». déplore-il
Par ailleurs, l'ingénieur agronome a fait savoir que « seules des pluies salvatrices de la prochaine saison septembre-octobre peuvent sauver le pays d'une catastrophe sociale, économique et environnementale », compte tenu de la situation actuelle des ressources hydriques qu'il qualifie de « critique ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.