Carrefour diplomatique: à Rabat, rencontre sur l'investissement    IPC et inflation sous-jacente : progression de 1,4% et de 1,7% en 2021    Edito : Gouvernement d'action    Industrie aéronautique marocaine : Décollage imminent    Les prix des fruits et légumes ont bondi de 9% en France entre 2019 et 2021, selon Familles rurales    USA: Suspendus à cause de la 5G, Emirates reprend « temporairement » ses vols    Achraf Hakimi dans l'équipe de l'année d'EA Sports    Covid-19: Gestion des cas contact et pic épidémique.. Le point avec un spécialiste    Météo Maroc: temps assez froid ce vendredi 21 janvier    Casablanca: le propriétaire d'un café risque très gros    France : le gouvernement dévoile le calendrier de « levée progressive » des mesures restrictives    Avion dérouté par le Bélarus: la justice américaine inculpe des responsables de Minsk    Le Datacenter du ministère de l'Economie et des Finances certifié "Tier III" d'Uptime Institute    Léger recul des homicides au Mexique, toujours miné par la violence    Bourita s'entretient avec son homologue malien    Russes et Américains se parlent à Genève pour tenter de désamorcer la crise ukrainienne    Sekkouri: Le programme "Awrach" reflète l'engagement du gouvernement à soutenir les piliers de l'Etat social    CAN 2021: Programme des 8ès de finale    Covid-19: chute du nombre de cas en Afrique, la 4e vague reflue (OMS)    Les Pharaons s'imposent sur le fil    Terrorisme : Le parquet fédéral belge enquête sur l'agression de la ressortissante à Agadir    Hachem Bastaoui a-t-il réellement mis fin à sa carrière ? Son frère Oussama brise le silence    CAN 2021 : Les Fennecs éliminés par les Eléphants    M. Bourita s'entretient avec son homologue malien    La Russie s'emporte contre les menaces américaines    NourAyadi, la pianiste qui évolue dans la cour des grands    Adonis le spirituel dissident !    Audience des chaînes nationales : que regardent les marocains ?    Covid-19 : 9 061 nouveaux cas, plus de quatre millions de personnes ont reçu les trois doses    Le Conseil de gouvernement prend connaissance d'un accord portant création du siège de l'Union Panafricaine de la Jeunesse à Rabat    Service militaire : L'annonce du ministre de l'Intérieur    Maroc: 206 nouveaux GAB en 2021 (CMI)    La FIFA annonce une nouvelle réglementation pour les prêts    Accord pour faciliter l'accès à la pilule anti-Covid de Merck dans 105 pays    Un récif corallien très rare découvert près de Tahiti par une mission de l'UNESCO    Après une année à la Maison Blanche, Biden évoque de nombreux « défis » et « d'importants progrès »    Les efforts de SM le Roi en faveur de la question palestinienne mis en avant devant le Conseil de sécurité    Espagne : Plus de 285.000 Marocains inscrits à la sécurité sociale    Ouverture des frontières : Ryanair jette l'éponge, Akhannouch reste évasif    Largement touchée par le Covid : Mission difficile pour la Tunisie face à la Gambie    Barça à Dembélé : '' On ne veut plus de vous M. Dembélé. Partez dès cet hiver SVP !''    Patrimoine : Rabat et Washington unis pour préserver les mosaïques historiques de Volubilis    Le poète El Houcine El Qomri est décédé    Tan-Tan : 16 arrestations dans une affaire d'immigration illicite et de trafic d'êtres humains    Akhannouch , Inshallah pour un gouvernement de résultats    CAN 2021 / Programme de ce jeudi : La Tunisie se présente avec seulement 16 joueurs !    José Manuel Albares : parvenir à un accord définitif sur le Sahara est un «impératif moral»    L'Oriental Fashion Show retrouve la scène de la mode parisienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Décès de Haj Belyout Bouchentouf
Publié dans MarocHebdo le 29 - 05 - 2014


UN PATRIOTE DISCRET
Haj Belyout Bouchentouf n'est plus. Son nom résume à lui seul le tout Casablanca, jusqu'aux années 1960. L'Ancienne et la nouvelle Médina. Les deux grands pôles de la ville. Les deux grandes communes: celle de Bouchentouf dont il fut Président de 1977 à 1992, et celle de Sidi Belyout. D'ailleurs, l'ancêtre de tous les &laqno;Belyout», enterré dans la Zaouia du même nom, près de l'entrée principale du Port, est le Saint &laqno;protecteur» du noyau originel de la capitale économique
Une grande figure de la ville disparaît. Une identification quasi-patronymique.
Une identification que Haj Belyout Bouchentouf a parfaitement assumé durant toutes les étapes de sa vie. Avant de recevoir les honneurs mérités d'un itinéraire fait de combats et d'initiatives, il en a d'abord pris les risques.
Lorsqu'il naquit en 1927, le bruit des canonnières qui avaient bombardé la ville en 1907, résonnaient encore dans la tête des Casablancais. Le système du Protectorat n'avait pas fini de s'installer. La guerre du Rif venait à peine de se terminer. La conquête militaire du pays rencontrera, jusqu'en 1934, la résistance héroïque des tribus montagnardes et sahraouies.
Dans un contexte national aussi lourd, des destins individuels sont tout tracés. Dès que le Mouvement national se structure en milieu urbain, particulièrement après la déportation de feu Mohammed V et la radicalisation nationaliste qui s'en est suivie, Haj Belyout Bouchentouf s'y engage. Il avait 26 ans.
Visage humain
La flamme de la jeunesse et un amour de la patrie hérité d'un profond enracinement dans le terroir casablancais, berceau de la résistance nationale.
Haj Belyout Bouchentouf est un homme discret. Il le restera toute sa vie. De son engagement pour la libération du pays, il n'en fera pas un titre de gloire. Chaque fois qu'on a sollicité son témoignage, il a présenté sa contribution comme un modeste devoir national, tout à fait normal. Au même titre que bien d'autres nationalistes, soutenus par tout un peuple.
Les charges qu'il a assumées n'en feront pas de lui, non plus, un notable arrogant imbu de ses investitures successives. Il a su donner à la présidence de la Communauté urbaine de Casablanca, un visage humain. Proche des gens et de leurs préoccupations. Sans se forcer, car telle était sa nature.
Avoir une attitude spontanément modeste et discrète ne veut pas dire être effacé. Haj Belyout Bouchentouf était un homme public. Au sens citoyen du terme. Ses activités étaient multiples. Un vrai animateur de la vie de la cité. Il ne concevait d'affiliation politique active que prolongée par des initiatives en direction de la société civile. D'où son implication dans le domaine sportif, particulièrement dans le noble art, la boxe. Les amateurs de boxe, c'est connu, sont des jeunes d'extraction populaire. Haj Belyout Bouchentouf leur apportera aide, appui et réconfort, dans la pratique sportive comme dans la vie.
Aux funérailles de Haj Belyout Bouchentouf, il y avait les témoins de tous les domaines où le défunt s'est investi. D'anciens résistants, des politiques, des sportifs et de simples citoyens.
Dans le parcours d'une vie dédiée à la collectivité, Haj Belyout Bouchentouf léguera sa plus belle réussite, ses enfants. Cadres émérites et bons citoyens. À sa femme, à ses enfants, à sa famille, à ses compagnons et à tous ses amis, la rédaction de Maroc Hebdo International présente ses sincères condoléances. À Dieu nous sommes et à Lui nous retournons.
Retour