Classée 2ème destination dans le monde : La ville ocre dans le top 25 du TripAdvisor    Le nouvel album de Rihanna vaudra l'attente    Kim Kardashian et Kanye West au bord du divorce    Taylor Swift fait de nouveau un tabac    Coronavirus : 1.230 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 33.237 cas cumulés dimanche 9 août à 18 heures    Covid-19 / Maroc: Les guérisons augmentent nettement    Rentrée scolaire: le ministère réagit à des informations « erronées »    L'ANAPEC ouvre son agence universitaire à Casablanca : Elle est opérationnelle à partir du mois d'octobre    USA : Trump promulgue par décret un nouveau plan d'aide économique    Manchester City bourreau du Real de Zidane    Responsabilité et démission    Le Bayern et le Barça en quart !    Botola: Le Raja de Casablanca leader    Maroc Télécom a boosté les revenus des sociétés de bourse en 2019    De la nécessité des évolutions structurelles des écosystèmes et des chaînes de valeur    La Bourse de Casablanca en hausse    El Otmani: La situation épidémiologique connaît des évolutions inquiétantes    Au bord du naufrage!    La FIDHOP s'oppose au 3e mandat de Ouattara    «Les petits porteurs ont aussi soutenu le MASI»    Colombie: Arrestation de l'ancien président Alvaro Uribe    Coronavirus: 23 joueurs et membres du staff de l'Ittihad de Tanger testés positifs    Les femmes plus que les hommes?    Paraguay : Ronaldinho et son frère bientôt libérés    Pour une politique nationale de la recherche en migration sans discrimination!    Beyrouth : l'initiative royale vue par un journaliste libanais    «De l'encre sur la marge» de M'barek Housni    Casablanca à l'heure de son premier festival de Hip-Hop «On-line»    France: Une explosion fait 8 blessés à Antibes    La terre a de nouveau tremblé en Algérie    Le nouveau khalife général de la famille tidjane Niass remercie le Roi Mohammed VI    212 Founders s'impose parmi les leaders en Afrique    Un dimanche chaud dans la majeure partie du Maroc    Météo : la saison des ouragans 2020 sera pire que prévu dans l'Atlantique    Liban Message plein d'émotion de Majda Roumi au milieu des décombres (Vidéo)    Laâyoune: les marins soumis aux tests de dépistage    Rabat: une nouvelle expo au Musée Mohammed VI    Marrakech: la DGSN met la main sur trois criminels    C1- Classement des buteurs: Lewandowski conforte son avance    Un matelas anti covid-19 pour Messi    La Botola a désormais un nouveau leader    Fonds d'investissement stratégique : le décret arrive au parlement    Explosions au Liban: Moulay Hicham et Cheikh El Kettani blessent les Libanais    Dans une lettre adressée au président du Conseil de sécurité des Nations unies, Christoph Heusgen    Explosion de Beyrouth : L'aide humanitaire marocaine remise    Le philosophe Bernard Stiegler n'es plus (vidéo)    Le président de la Chambre des représentants reçoit l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Rabat    L'élan de conscience se renforce au Parlement européen au sujet du détournement de l'aide humanitaire par le Polisario et l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rachida Khalil, une Rebeu en vannes
Publié dans Albayane le 28 - 02 - 2016

Les humoristes «beurs» font des ravages sur la scène artistique en France. La société, dans sa diversité, a donné naissance à des talents aussi décapants les uns que les autres. Jamal Debbouze, Gad El Maleh, Atrassi, Bouder et d'autres dominent la scène,
de la tête aux pieds, et le phénomène ne fait que commencer.
La nouveauté, c'est l'arrivée de l'élément féminin, chose qui n'était ni possible, ni concevable, il y a encore quelques années.
Et lorsqu'on parle de femme, c'est automatiquement le nom de Rachida Khalil qui nous vient à l'esprit. De culture franco-marocaine, elle a révolutionné la scène en apportant une nouvelle vision et en révélant la face cachée des choses. Une imagerie fluide, des scènes bien choisies et une présence distinguée, tout ce qu'il faut pour impressionner. Mais c'est plutôt cette perception de femme qui est originale et qui façonne les images et les idées.
«C'est un humour qui est basé sur nos faiblesses, sur les miennes en premier lieu ; et c'est vrai qu'il y a des peuples plus joyeux que d'autres, plus enclins à rire et à sourire. L'humour, est tout d'abord une nature, ensuite un pari ; celui de faire rire avec des sujets graves. Même si mon père n'était qu'un cheminot, il était très porté sur l'humour», reconnaît-elle.
Et comme Rachida Khalil est très attachée à son pays d'origine, elle ne rate pas une occasion pour aller se ressourcer et retrouver ces blagues et cet humour marocain qui a d'ailleurs beaucoup influencé son style. L'amour du Maroc n'exclut pas l'ouverture sur les autres comme elle l'explique. «Je n'aime pas le repli communautaire, quel qu'il soit. J'aime mon pays avec une force inimaginable, mais j'aime l'humanité dans sa globalité, comme je peux détester avec la même puissance, par ailleurs. C'est la différence, le regard oblique, la frilosité des uns et des autres qui créent un peu la caricature et alimentent la haine des uns et des autres. Evidemment, ce que je fais n'est pas une tribune politique, mais en même temps, c'est une haine qu'il est difficile de passer sous silence quand on est une Marocaine ou une apatride à qui on a promis des droits qui me paraissent comme des valeurs refuge telles que la laïcité, la liberté d'expression et surtout l'égalité des droits. En découle le sentiment d'injustice qui déclenche systématiquement la radicalisation et la récupération politique, et c'est surtout cela le danger», confesse-t-elle.
Pour autant, Rachida Khalil, devenue une adresse incontournable dans la scène artistique française, garde la tête sur les épaules et n'entend pas se laisser berner par les sirènes du succès et de l'argent.
«Je trouve que mon succès n'a pas été fulgurant ; je n'aime pas trop me corrompre ! C'est un travail de longue haleine que j'ai entrepris d'abord sur moi-même, et ensuite, sur la société qui m'entourait», avoue-t-elle. Ce n'est pas pour autant qu'elle accepte la première proposition de n'importe quel rôle.
«J'aime la scène plus que tout. Cette unité qui s'opère sur scène, je ne la retrouve nulle part ailleurs. On m'a proposé des rôles qui nécessitaient l'accent de ce personnage et tout le tralala, mais j'avais peur de devenir une bouffonne pour faire plaisir à des gens que je trouvais faciles », précise-t-elle. Et d'ajouter : «J'ai trouvé cela dangereux pour l'avenir de nos enfants. Je n'avais aucune envie de galvauder cette haine. Autrement, mon combat sur scène n'aurait pas de sens. C'est très difficile d'avoir des valeurs dans un milieu qui n'en a absolument pas. Je pense qu'il faudrait qu'une révolution de la culture s'opère en France».
Beaucoup de talents oui, mais aussi et surtout beaucoup de bon sens et d'engagement. Rachida Khalil fait ainsi partie non seulement des humoristes mais aussi de ces intellectuels marocains, franco-marocains et maghrébins, qui font l'actualité en France.
Les humoristes «beurs» font des ravages sur la scène artistique en France. La société, dans sa diversité, a donné naissance à des talents aussi décapants les uns que les autres. Jamal Debbouze, Gad El Maleh, Atrassi, Bouder et d'autres dominent la scène,


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.