Immobilier: Les prix en hausse de 0,4% au T2    Revue de presse quotidienne de ce mercredi 17 août 2022    Biden signe la loi sur la réduction de l'inflation    Selim Amallah décline une offre de l'Olympiakos    Mdiq-Fnideq: les efforts se poursuivent pour circonscrire l'incendie de la forêt "Kodiat Tifour"    Egalement influenceuse et actrice: Safia Tazi chante «Ghandirha»    «Al Majdoubia» remporte le Grand Prix du Festival Al Fida National de théâtre    Chtouka Aït Baha à l'heure du salon provincial de l'artisanat    Algérie-Espagne : Les relations commerciales toujours suspendues    Le SG de l'ONU jeudi en Ukraine pour une rencontre avec Zelensky et Erdogan    Cours des devises du mercredi 17 août 2022    Jeux de la solidarité islamique : Cinq médailles de bronze pour le Maroc    La bonne gouvernance s'étend à la société civile    Accidents de la circulation: 20 personnes décédées et 2.244 autres blessées    Forêt    Casablanca : Kidnapping, séquestration et viol : 10 ans de prison ferme pour un jeune voyou    Saisie de cocaïne à Rabat et d'ecstasy à Meknès    Jerada: trois morts par asphyxie au dioxyde de carbone dans un puits d'extraction de charbon    Découverte macabre à Fkih Ben Salah    A l'initiative du CRI : Souss-Massa se mobilise pour «Ouled Leblad»    Jerada : Trois personnes mortes asphyxiées dans un puits de charbon    Intérieur: vaste mouvement des agents d'autorité touchant 43% de l'effectif    Tunisie: la nouvelle constitution adoptée à près de 95% des voix    Universités marocaines : Grandes absentes du Classement de Shanghai    Mouvement de mutation dans les rangs des agents d'autorité, 1.819 agents concernés    Automobile : Le Maroc importe 1,1% de voitures espagnoles en 2021    Programme PRIM : 5 projets en matière de migration sélectionnés dans l'Oriental    «La Marocanité du Sahara, une vérité incontestable, le plan d'autonomie, un choix stratégique»    La tribu Ouled Dlim réitère son engagement au processus de développement régional    En attendant fin novembre prochain...    Au moins 50 morts depuis juin au Nigeria    L'armée se retire du Mali après plus de neuf ans d'intervention    Un film brésilien remporte le Léopard d'Or    La pièce « Al Majdoubia » de Sami Saâdallah remporte le Grand Prix    Casablanca / Film éducatif : « La dernière vague » décroche le Grand Prix    Khadija El Bidaouia rassure ses fans et garde espoir (VIDEO)    La Turquie annonce le départ de 5 navires supplémentaires de céréales ukrainiennes    20e édition de L'Boulevard : Le Tremplin du 23 au 25 septembre au R.U.C Casablanca    Crise sino-américaine : Mise en garde US contre les manœuvres chinoises "irresponsables"    Football : le tirage au sort de la Botola Pro D1 et D2 le 19 août    Tournoi feu Ahmed Ntifi : L'Oriental accueille la 34ème édition    Lions de l'Atlas. Adil Ramzi: «Je contacterai Ziyech, une fois nommé adjoint de Regragui»    Ligue des champions de la CAF (Dames) : L'AS FAR exemptée des éliminatoires zonales en cours (Agadir)    Immigration clandestine: L'UE alloue 500 millions d'euros pour soutenir le Maroc    Le jury du Prix international Booker 2023 présidé par la Franco-marocaine Leïla Slimani    Hakim Ziyech toujours une priorité d'Erik ten Hag    Kitesurf : La 7ème édition de «Dakhla Downwind Challenge» se poursuit jusqu'au 20 août    Afrique du Sud: Jacob Zuma bataille contre son renvoi en prison    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Fouilles journalistiques, du magazine mural au mur de Facebook », nouvel ouvrage du journaliste écrivain Jamal El Mouhafid
Publié dans Barlamane le 30 - 06 - 2022

« Fouilles journalistiques, du magazine mural au mur de Facebook » ( حفريات صحفية من المجلة الحائطية إلى حائط فيس بوك ) est le titre du nouvel ouvrage en langue arabe du journaliste écrivain Jamal El Mouhafid dans lequel il traite de plusieurs questions liées au journalisme, aux médias et à la communication à la lumière des transformations technologiques.
Dans ce livre (400 pages), l'auteur se penche sur certaines des étapes qui ont marqué l'histoire de la presse, en relevant et en analysant quelques-uns des faits qui en ont émergé afin d'en tirer des enseignements en les confrontant au présent contexte et aux interrogations actuelles. Il traite de faits liés aux médias, du parcours de personnalités qui ont façonné l'histoire politique et médiatique nationale, et du rôle de la presse pendant les crises épidémiologique, économique, sociale et environnementale.
« La télévision à l'époque de Corona », « La voie vers la presse de la vérité », « La presse papier, une mort non annoncée », « Les fausses nouvelles avant l'ère numérique », « Les questions de mémoire dans la presse », « Les médias et les crises comme horizon de la réflexion », « Journaliste ou militant ? », « La question de l'indépendance et de l'intégrité », « Que signifie d'être journaliste aujourd'hui? », « Le défi et la mort de l'idéologie », « La résurgence de la culture du fast food en Russie », « Les médias et Trump : histoire d'un amour incestueux » et « Pour une éducation aux médias », tels sont les titres de certains chapitres du nouveau livre d'El Mouhafid.
Préfaçant cet ouvrage, Driss El Yazami, président du Conseil de la communauté marocaine à l'étranger, a expliqué que l'attrait de ce livre réside dans la profondeur historique qu'il enferme, soulignant que « le citoyen Jamal El Mouhafid a toujours été hanté par l'histoire de la vie démocratique de son pays, en particulier le rôle et l'influence de la presse sur sa société, en suivant de près le développement du secteur et de la profession, et en questionnant les concepts centraux comme l'indépendance, le professionnalisme et l'éthique, lesquels échappent de jour en jour au débat ».
Pour El Yazami, la lecture de ce livre s'apparente à un voyage dans l'histoire, riche en faits intéressants. Il affirme, cependant dans la préface, que l'on se tromperait si l'on pense que l'histoire est la dimension dominante de ce livre. Cet écrit est aussi hanté par une autre préoccupation, proche de l'obsession, à savoir, le sort de la profession. Comment la profession est-elle pratiquée aujourd'hui au Maroc, dans notre région et dans le monde ? Quels sont les contextes et conditions politiques, technologiques, économiques, sociaux et éthiques dans lesquels les journalistes exercent ? Qu'en est-il de l'indépendance, de l'impartialité et de l'éthique professionnelle ? Que peut-on conclure des initiatives de débats multiples autour des médias ? Que reste-t-il du code d'honneur sur la déontologie de la profession?.
Selon l'ancien président du Conseil national des droits de l'homme (CNDH), « nous trouvons des réponses à ces questions et à bien d'autres dans cet ouvrage. Mais la colère est présente dans ces articles. Sa colère vient de la lecture, de la curiosité, de la sympathie envers les lecteurs et de l'attachement aux valeurs de liberté, de droit et de la volonté forte que l'on ressent à contribuer au changement et à la réforme, mais la colère maîtrisée est fortement présente et c'est un sentiment louable ».
De son coté, Mourad El Kadiri, président de la Maison de la Poésie, a écrit dans la quatrième de couverture du livre que l'auteur aborde les questions liées à la presse et aux médias à la lisière du point de rencontre entre ces derniers et la société dans ses manifestations politiques, sociales, culturelles et éducatives, ce qui lui permet de relever leurs influences réciproques et l'impact de chacune des parties sur l'autre.
Pour El Kadiri, l'approche adoptée par Dr El Mouhafid n'est pas le fait du hasard, en ce sens qu'en plus d'être un journaliste compétent, l'auteur a exercé la profession pendant des décennies, suivi ses cheminements, ses questions et ses enjeux à partir de diverses positions médiatiques et civiles. Il est aussi un militant associatif, préoccupé par les questions d'éducation et de socialisation, d'où ses fouilles journalistiques empreintes d'histoire et d'une obsession du rêve et du changement… nourries en cela par l'éducateur et le défenseur des droits de l'homme Mohamed El Hihi et le journaliste et homme politique Mohamed Larbi Messari.
Intervenant, lors de la présentation de l'ouvrage dans le cadre des manifestations culturelles du dernier Salon international de l'édition et du livre, le professeur Driss Jabri a, quant à lui, décrit cet ouvrage comme « volant avec deux ailes » en ce sens qu'il serait difficile de comprendre le livre et son auteur sans avoir présent à l'esprit « l'aile militante » associative d'El Mouhafid, préoccupé par « les questions d'éducation, de la culture, et de la socialisation », dont la plume s'est nourri de l'encrier de l'éducateur et défenseur des droits humains Mohamed El Hihi, et de « l'aile du journaliste », qui a grandi dans le giron de l'homme politique et de la figure de presse Mohamed Larbi Messari.
Pour l'auteur, selon Jabri, l'époque du magazine mural était une belle époque, c'est celle de l'enfance, de la pureté, de l'honnêteté, de l'audace, du dévouement, du patriotisme, des sacrifices et d'autres valeurs nobles, lesquelles commencent, peut-être à se dissoudre avec la dissolution des conditions à leur origine.
L'écriture, les dessins, les couleurs et les belles polices étaient sur le magazine mural, et la communication, les nouvelles, l'éducation, le divertissement, le dialogue et la discussion portaient sur les questions de la patrie, de la nation et de l'humanité… L'écriture dans le magazine mural était manuscrite avec des tremblements, des oscillations...., mais l'histoire est sournoise, en ce sens que l'homme est parvenu au stade de la destruction de l'écriture et de la langue depuis qu'il a découvert une machine virtuelle sans cœur et sans âme, dès qu'Internet, espace virtuel et les réseaux sociaux ont été inventés…
Pour Jabri, le passage du magazine mural avec ses lettres, ses couleurs, son alphabet et sa conscience collective.. au mur de Facebook, dans lequel on nage à vue sans surveillance et sans limites…s'apparente à la transition de l'oral à l'écrit, et signe le passage de l'écrit au virtuel… Quant à la prochaine étape, seul Dieu la connaît.
El Mouhafid compte à son actif plusieurs écrits, en plus de ce nouveau livre, dont son ouvrage également en langue arabe sur l'action syndicale des journalistes, ainsi que « La raison journalistique et la raison politique », publié par le Forum culturel d'Assilah en hommage à Mohamed El Brini, en plus de deux livres, encore sous presse, l'un sur les parcours de journalistes marocains et l'autre sur des « Faits et événements dans les récits des journalistes ».
Il est titulaire d'un doctorat en droit, professeur universitaire invité, ancien directeur de l'information à l'agence de presse marocaine MAP, membre du comité chargé de l'élaboration du plan national pour les droits de l'homme et la démocratie dans sa première version, ancien membre du Bureau national du Syndicat national de la presse marocaine et de l'Association marocaine pour l'éducation de la jeunesse AMEJ, et membre de la chaire Mohamed Larbi Messari pour les médias et la communication à l'Institut supérieur de l'information et de la communication de Rabat.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.