PLF-2023 : Donner un nouvel élan à l'emploi    Pourquoi Hamid Chabat s'est absenté de la 1ère réunion de la Coalition pour la démocratie    Transformation digitale au Maroc: une nouvelle stratégie sera prochainement lancée    Allocations familiales: ce que prévoit le gouvernement en 2023    PLF 2023: priorité donnée à l'emploi, les détails    Un sardinier marocain avec 23 marins à bord en difficulté au large de Casablanca    Champions League (tours préliminaires): voici les adversaires du Wydad et du Raja    Mercato : Yassine Labhiri choque le WAC et le Raja en signant à ... Berkane (PHOTO)    Maroc/Covid-19: 191 nouveaux cas et 1 décès ces dernières 24h    Réforme de la Santé: ce que prévoit le gouvernement Akhannouch en 2023    Tanger: un camionneur marocain de 37 ans pris la main dans le sac    Le Marocain Bilal Sahli remporte la médaille d'argent    Tanger Med : Marhaba 2022 se déroule "dans de bonnes conditions", un pic attendu fin août    Taïwan organise des exercices militaires, accuse Pékin de préparer une invasion    Le Groupe arabe à l'ONU salue les efforts soutenus de SM le Roi, Président du Comité Al-Qods    Algérie-arnaque d'étudiants : prison ferme pour deux personnes    Le CCME célèbre les Marocains du Monde et leurs régions    #Dégage_Akhannouch : «le patron d'Afriquia est accusé d'augmenter les prix à la pompe pour s'enrichir»    La France et l'Europe doivent mettre en place une alliance rénovée avec le Maroc (politologue)    Finances publiques: regain de forme des économies    Jeux de la solidarité islamique : Noura Ennadi offre l'or pour le Maroc au 400m haies    Jeux de la solidarité islamique/400 m haies: Noura Ennadi remporte la médaille d'or    Jeux de la solidarité islamique : Laaraj offre l'or au Maroc, El Bouchti en argent au taekwondo    Football : Le championnat marocain, destination préférée des joueurs algériens    Bourse de Casablanca: Clôture en bonne mine    L'endettement financier des ENF à près de 821 MMDH en 2021    Juillet 2022, l'un des plus chauds mois jamais enregistrés dans le monde    Compteur coronavirus: 191 nouveaux cas, plus de 6,7 millions de personnes ont reçu trois doses du vaccin    La Marine royale porte assistance à 23 marins pêcheurs au large de Casablanca    Les murales forcent l'admiration par leur esthétique    Maroc : La SNRT ouvre ses portes aux associations des Marocains du monde    Célébration de « Baba Achour »    Le moussem de Moulay Abdellah Amghar revient après deux ans de suspension    Les Casques bleus en Afrique, entre consentement et crise de légitimité    Une nouvelle étude révèle que 58% des maladies infectieuses seraient liées aux menaces climatiques    Frontière turco-syrienne : Erdogan déterminé à mettre en place un corridor de sécurité    L'UE annonce une aide de 261 millions d'euros à l'UNRWA    Les Etats-Unis et les pays africains, des « partenaires égaux » face aux nouveaux défis    Accord de paix au Tchad: l'ONU salue une « étape importante » dans l'histoire du pays    La culture autre levier de la diplomatie marocaine    Le «Pavillon Bleu» hissé pour la 11è fois consécutive sur la plage d'Aglou à Tiznit    Clôture à Ain Leuh du 21ème Festival national d'Ahidous    Beyonce au sommet des ventes aux Etats-Unis, une première depuis près de 15 ans    Interview avec Ahmed Taoufik Moulnakhla : « Nous voulons contribuer au développement du partenariat Sud-Sud »    Najat Aâtabou danse et chante à l'occasion d'Achoura (VIDEO)    Météo. Voici le temps qu'il fera ce mardi 09 août au Maroc    Le Conseil de sécurité de l'ONU se penche sur la situation à Gaza    Le «Parlement itinérant» fait escale à Tanger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Programme Intelaka : le secteur bancaire à nouveau au banc des accusés
Publié dans EcoActu le 12 - 04 - 2021


Ecrit par Lamiae Boumahrou |
Contrairement au discours officiel, le programme Intelaka n'a pas redémarré sur des chapeaux de roue. Plusieurs obstacles du secteur bancaire entraveraient la mise en œuvre effective du programme. La Confédération des TPME dénonce des pratiques qui pourraient entrainer l'échec du programme.
S'il y a un segment du tissu économique qui a souffert, et continue de souffrir, plus que d'autres en raison de la pandémie c'est bien celui des TPE et PME. Un segment qui traîne des tas de difficultés et de freins bien avant cette crise sanitaire qui n'a fait qu'aggraver la santé d'un corps déjà malade et affaibli.
Beaucoup n'ont pas survécu à la première vague et ont été contraints de fermer boutique. Le Wali de Bank Al-Maghrib a même précisé lors de sa dernière sortie médiatique, qu'il a fallu faire des choix en priorisant le soutien des entreprises qui ont eu des difficultés à cause de la crise et de laisser mourir celles qui avaient des difficultés structurelles bien avant la crise.
Sauf que même les TPME qui ont été fragilisées par la crise, n'arrivent pas aujourd'hui à sortir la tête de l'eau. Les contraintes sont nombreuses et l'accompagnement de l'Etat reste infime se limitant à une indemnité forfaitaire pour les employés déclarés et des produits de crédit qui ne font qu'enfoncer davantage l'entreprise pâtissant du manque de bons de commande.
Plusieurs secteurs directement impactés par la crise ou par les mesures de restriction adoptées par le gouvernement sont aujourd'hui au bord du gouffre notamment celles qui n'avaient pas de difficultés structurelles avant la pandémie. C'est le cas des entreprises opérant dans le secteur touristique, dans la restauration, la location de voitures...
Pour beaucoup d'observateurs, ce n'est qu'une question de temps pour que l'effet domino opère et que le segment des TPME s'effondre. Le Prédisent de la Confédération marocaine de TPE-PME, Abdellah El Fergui, ne cesse de tirer la sonnette d'alarme sur les risques qui planent sur ce segment qui constituent 95% du tissu économique.
« L'Institut national des statistiques italien a récemment révélé que 45% des TPME italiennes risquent de disparaitre à cause de la crise sanitaire malgré les mesures de soutien financiers accordées par l'Italie et l'UE. Au Maroc, la situation est beaucoup plus grave et catastrophique. Et pourtant malgré les moults cris d'alerte que nous ne cessons d'émettre, l'Etat ne réagit pas », déplore A. El Fergui.
Une réunion s'est tenue d'ailleurs ce lundi 4 avril entre la Confédération des TPME et d'autres Fédérations représentatives des secteurs notamment du tourisme, des cafés & restaurants, des transporteurs touristiques..., pour établir un état des lieux de la situation des TPME et d'interpeller le gouvernement.
Lire également : Programme Intelaka : un taux de rejet de 25%, assez élevé selon le Wali de BAM
Il faut dire aussi que les mesures restrictives adoptées durant le mois de Ramadan n'arrangent pas les choses. Ces décisions sont tombées comme un couperet notamment sur les secteurs qui, après des mois d'arrêt d'activité, avaient espéré une reprise, bien que timide, de l'activité.
Un semi-confinement que décrient tous ceux qui sont impactés directement ou indirectement par ce couvre-feu imposé de 20H à 6H du matin. Les pertes risquent d'être plus lourdes et l'impact sur l'économie plus coûteux.
Quid du programme Intelaka pour stimuler l'économie ?
A entendre le discours politique, on croirait que le programme a redémarré sur des chapeaux de roue. Ce qui n'est pas de l'avis du président de la Confédération des TPME qui décrie une situation sur le terrain plus qu'inquiétante. Il dénonce un blocage dans la mise en œuvre du programme Intelaka sensé donné un nouveau souffle à l'économie marocaine.
Il soulève plusieurs freins et abus notamment du secteur bancaire qui entraverait la réussite de ce chantier lancé par SM le Roi et qui vise à donner une forte impulsion au financement bancaire des auto-entrepreneurs, TPE et petites entreprises exportatrices.
Certes l'élan a été freiné par la pandémie, mais la reprise n'a pas été non plus au rendez-vous. Abdellah El Fergui dénonce le modus operandi des banques dans le traitement des dossiers Intelaka.
« Nous avons relevé des retards conséquents du déblocage des fonds notamment pour les dossiers approuvés par la banque (contrat signé) qui dépassent, des fois, plus de 4 mois. Ce qui n'est pas sans conséquence sur la pérennité du projet », a précisé A. El Fergui.
Les entrepreneurs démarrent leur projet avec un handicap et un déficit de trésorerie. En effet, en attendant le déblocage des fonds après la signature du contrat, les entrepreneurs s'engagent dans des charges notamment le loyer, l'électricité, les fournisseurs de matériel…
Ce qui fait qu'ils commencent à payer des charges avant même de recevoir les fonds et de débuter l'activité.
Autre frein et pas des moindres relevé par le président de la Confédération, celui des exigences demandées par les banques et qui ne figurent pas dans la configuration du programme notamment les garanties, les assurances (incendies et de vol)...
« Nous avons relevé plusieurs cas de dossiers dont les contrats ont été signés par la banque mais n'ont pas été adressés à la CCG pour traitement et déblocage de fonds. Nous dénonçons les agissements des banques qui outrepassent leur champ d'intervention défini clairement par le programme Intelaka », a-t-il dénoncé.
Ceci expliquerait quelques informations qui circulent dans le milieu bancaire faisant allusion à un début de faillite d'entreprises bénéficiaires du programme Intelaka.
L'information n'a pas été confirmée auprès des instances concernées. Toutefois, tout laisse à croire que ces freins conjugués à la crise sanitaire qui persiste, font que les porteurs de projets auront plus de mal à concrétiser leur rêve. « Les banques participeront à l'échec du programme si cette procrastination continue », martèle A. El Fergui.
Il dénonce également le silence de la Banque Centrale face à de tels agissements. « Les victimes de ces agissements saisissent aussi bien Bank Al-Maghrib que la CCG pour dénoncer les faits. Sauf que seule la CCG réagit aux réclamations pour tenter de débloquer la situation », précise Abdellah El Fergui.
Cela dit, sans une évaluation d'étape approfondie du programme Intelaka, ô combien importante, on ne saurait dire avec certitude si le programme remplit l'objectif pour lequel il a été conçu au préalable.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.