« The New York Times » chante les louanges des paysages marocains    Sidi Moumen : Le Roi Mohammed VI inaugure un Centre médical de proximité    Digital : La Cour des Comptes exhorte le secteur public à publier les données non personnelles    La RSB assure à Berkane avant la confirmation à Alexandrie    169 migrants subsahariens secourus par la marine royale en méditerranée    Bouskoura. Mort par asphyxie de 3 ouvriers dans un canal des eaux usées    Madison Cox lauréat du prix de la Rosa d'Oro    Coopération bilatérale : Bourita s'entretient avec son homologue libérien    Rabat : Arrestation d'une quadragénaire qui vendait illégalement, des boissons alcoolisées    La FRMF reprogramme les matchs de la Botola Maroc Telecom : Le suspense jusqu'au bout !    49ème édition du cycle de conférences de la Fondation Attijariwafa bank : Valeurs éthiques et vivre-ensemble au centre des échanges    Le Festival international de musique andalouse à Casablanca    Journée internationale : La diversité biologique célébrée à Rabat    Casa Transport lance les travaux d'une trémie au niveau de Ghandi    L'Arabie Saoudite intercepte des missiles visant la Mecque et Djeddah    Service militaire : Le nombre de candidats dépasse toutes les espérances    Policy Center for the New South. De nouveaux locaux et une nouvelle dynamique    Les professeurs universitaires annoncent un grève nationale    Casablanca-Settat : Destruction de 56 tonnes de produits alimentaires impropres à la consommation    Abderrassoul Lehdari : «Si Aziz nous a appris la méthode, la rigueur, la maîtrise du sujet et l'esprit critique»    Huawei ne cédera pas à la pression de Washington, assure son fondateur    L'ancien ministre RNIste, Taieb Bencheikh, n'est plus    La CGEM octroie son Label RSE à Géocycle Maroc    CAN2019. Mascotte, plateforme de vente de billets... l'organisation s'active    Louzani et Blinda au Mondial mais pas en CAN    Kylian Mbappé élu meilleur joueur du Championnat français    Abdelhak Zerouali, le maître du monodrame    US – Iran : Téhéran minimise les risques de conflits malgré les menaces américaines    Les sans-papiers protestent à l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle    Salon Viva Technology. Quid de l'offre Maroc ?    Projet de loi organique sur la grève. Les syndicats listent leurs "préalables"    La Chambre d'agriculture de Draâ-Tafilalet primée en Tunisie    Edito : INDH évolutive    ''Avengers" se fait doubler par ''John Wick'' sur le box-office américain    Et si notre amnésie était dégénérescente… ?    Ramadan et diabète riment obligatoirement avec des dispositions spécifiques    WhatsApp attaqué par Pegasus    Projets d'extension de la SOMACA et de création d'un Institut de formation aux métiers de l'automobile à Casablanca    Mohamed Jalid Les intellectuels marocains ne sont pas suffisamment ouverts sur les médias !    Ces Marocains dits de la 3ème et de la 4ème générations Tiraillés entre l'identité revendiquée et celle attribuée    Le "biz-Hoeness model" gagnant du Bayern    La sélection marocaine féminine de boxe remporte le tournoi international du Gabon    L'humoriste Bassou offre un spectacle captivant au public r'bati    Meknès abrite son premier Festival international du film arabe    Egypte: Près de 17 blessés dans l'explosion d'un bus touristique    Caire. Au moins 17 blessés dans une explosion visant un bus de touristes    Une délégation de la Direction du PPS au Mausolée Mohammed V    Washington dans le bourbier vénézuélien…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Comment les vagues de surf génèrent de la richesse
Publié dans L'Economiste le 26 - 08 - 2016

Les spots de classe mondiale comme Anchor Point ou Killers à Taghazout ont largement contribué à l'essor économique des villages avoisinants sur les 20 dernières années (Ph. Surf berbère Anchor Point)
Le tourisme sportif peut être une formidable source de richesse. C'est le cas du surf. Une étude réalisée par Thomas McGregor et Samuel Wills, deux chercheurs du département économie de l'université d'Oxford en Grande-Bretagne, a pu établir le super pouvoir économique des spots les plus importants. Pour les deux chercheurs, le surf réduit l'extrême pauvreté en encourageant les ruraux à se déplacer vers des zones plus urbaines. Cet effet est plus prononcé dans les économies émergentes. Quand une onde, communément appelée «spot», est découverte par la communauté internationale, la croissance économique dans la région augmente d'environ 3%.
Partant de Imessouane et allant jusqu'à Taghazout, le littoral d'Agadir attire les surfeurs depuis des décennies, mais également des investissements. Anchor Point, situé à Taghazout, est l'une des zones étudiées par Thomas McGregor et Samuel Wills. Cette région est célèbre par ses longues vagues surfables, qui peuvent aller sur une centaine de mètres. C'est l'un des spots qui attire le plus de surfeurs, locaux et internationaux. «L'impact économique du surf est réel et visible, peut-être un peu difficile à estimer étant donné que la plus grosse part de cette économie est souterraine», explique Jaafar El Mekkaoui, hôtelier à Imi Ouaddar. En effet, les actifs naturels comme les vagues ne peuvent pas être évalués économiquement. Mais les chercheurs sont arrivés à estimer la contribution d'un actif naturel non évaluable financièrement, en exploitant la variation exogène de la qualité des vagues. Pour ce faire, les chercheurs ont étudié l'intensité lumineuse pendant la nuit, la considérant comme indicateur de l'activité économique, et révélatrice de l'accroissement de la population. L'étude a fait appel à des données satellite couvrant plus de 5.000 emplacements dans le monde, sur une période allant de 1992 à 2013. Elles ont ainsi établi que les vagues de haute qualité stimulent l'activité économique mieux que les vagues de faible qualité, dans un rayon inférieur à 5 km. A travers plusieurs calculs, elles ont estimé cette activité entre 18 et 22 millions de dollars par onde et par an, soit un total de 50 milliards de dollars à l'échelle mondiale. Selon le document, il existe deux mécanismes par lesquels les actifs non marchands comme les vagues peuvent contribuer à l'essor économique d'une région: en y stimulant des activités, et en en attirant de nouvelles. Booster l'activité locale passe par la création d'une demande de complément de biens et services. Pour surfer par exemple, cela comprend la fabrication, la location ou la vente en détail de planches de surf, combinaisons et autres accessoires spécialisés. Les services comprennent, quant à eux, la réparation, les leçons de surf, les gardes-côtes. Il s'agit aussi d'hébergement, de restauration, de transport, etc.
Sur les 20 dernières années, nombre de petits restaurants ont vu le jour à Taghazout, Aourir, Imi Ouaddar, ... sans oublier les petits métiers comme les vendeurs d'objets de souvenirs, transports en commun, gardiens de voitures, épiceries.... Les spots de classe mondiale comme Anchor Point ou Killers à Taghazout ont de ce fait largement contribué à l'essor économique des villages avoisinants, et ont créé de la richesse pour le littoral.
L'immobilier, un indicateur de prospérité
Lorsque de nouvelles vagues sont découvertes, la croissance économique peut augmenter de 3%. Pour le cas du surf, de nouvelles activités se créent par la demande. Elles peuvent inclure une activité saisonnière, comme le tourisme, ou encore, une demande permanente, avec l'installation d'une nouvelle population sur le littoral. L'analyse de cette étude est pertinente dans la mesure où elle explique que l'activité économique est partagée entre les villes voisines, et est particulièrement prononcée dans l'environnement le plus proche, et la plus grande ville à 50 km. Globalement, la population permanente autour des spots de haute qualité, fait grimper les loyers autant que la valeur immobilière. Ce qui engendre un développement immobilier, sporadique et concentré au départ, mais pouvant se développer par la suite sous forme de grands projets, comme c'est le cas pour Taghazout.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.