Rabat: le Maroc suspend tout contact avec l'Ambassade d'Allemagne (DOCUMENT)    Le Maroc annonce sa contribution financière au Plan d'intervention humanitaire au Yémen    Présidence de la CAF : La FIFA serait-elle en train de baliser le chemin au candidat sud-africain ?    Intempéries à Tétouan: les autorités donnent plus de précisions    Le Maroc suspend ses vols avec deux autres pays    La toile de Churchill représentant la Koutoubia adjugée à plus de 8 millions d'euros    Non au nihilisme !    Football : Qui se chargera du règlement des dettes ?    Compteur coronavirus : 112 cas testés positifs et plus de 3,5 millions de personnes vaccinées    Recherche et développement : la CGEM s'allie à l'UM6P    Procès à distance: Plus de 300.000 affaires mises au rôle en 10 mois    Casanearshore Parc: des bâtiments éco-responsables signés Ewane Assets    Officiel: le Maroc prolonge le couvre-feu    Marrakech: une villa transformée en casino perquisitionnée par la DGSN    FCA Morocco : ce que prévoit le MotorVillage pour accompagner sa croissance    Egypte : décès de l'acteur Youssef Chaabane, à l'âge de 90 ans, des suites de la covid-19    Chine : les trois actions efficaces pour éradiquer la pauvreté    Mohamed Bazoum, nouveau président du Niger    Prolongement de l'état d'urgence, usage légal du cannabis... Ce qui est prévu lors du Conseil de gouvernement    Fermeture de Bab Sebta : «un pas vers la résorption du chômage dans le Nord»    Export : Dakhla nouveau fief pour l'Asmex    Le nouveau clip de Saad Lamjarred fait un carton ! (VIDEO)    Le président de la FIFA en visite au Maroc: Bons baisers de Rabat    La Juve sans joker derrière l'Inter et Milan    Les Robots de l'apocalypse, de Gabriel Banon    Covid-19 au Royaume-Uni : plus de 20 millions de personnes ont reçu leur première dose de vaccin    Yetnahaw Gaâ : en Algérie, la résistance démocratique face à la répression et l'entêtement du régime    Samy Mmaee : Ma première sélection, le meilleur moment de ma carrière    Chelsea et United scotchés, Liverpool repart    La NASA adopte la carte complète du Maroc    Hicham Maidi présente une exposition mêlant l'âme et la matière    Risma: Fort repli du CA à fin décembre 2020    Léger recul de l'activité de Centrale Danone en 2020    JO de Tokyo : France-Etats Unis dès le 25 juillet pour les basketteurs    Annonce des lauréates du programme «Pour les femmes et la science»    Le prisonnier (M.B) «n'a subi aucun traitement dégradant»    ‘'KISSARIYA'', nouvelle sitcom ramadanesque    «Pour moi, la musique est un don de Dieu»    Réunion sur l'accord nucléaire : l'Iran ne considère pas le moment comme «approprié»    Des bureaux de vote au Maroc pour les élections à la Knesset    En Algérie, des troubles au sud après la condamnation d'un blogueur à une lourde peine    Lois électorales : Place aux amendements    Ce que l'on sait sur l'état de santé de Mustapha Ramid (PHOTO)    La Bourse de Casablanca démarre en baisse    «Schizophrénies marocaines» de Abdelhak Najib    Troisième grand parti politique aux Etats-Unis? Trump met les choses au clair    Ronaldo et Messi dans le viseur d'un club    Syrie : l'UNICEF appelle au renvoi chez eux des enfants déplacés dans le Nord-Est    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Jeep Wrangler. Le come-back d'une icône
Publié dans Les ECO le 30 - 10 - 2019

Près de 80 ans après la naissance du Jeep Willys, pionnier de l'espèce 4x4, son descendant continue à cultiver la même philosophie de tout-terrain robuste et capable d'évoluer sur tous les terrains. Si son style évolue peu, sa structure a subi une totale refonte et son intérieur a été modernisé au point d'en faire le Wrangler le plus technologique de tous les temps.
Dans l'industrie automobile, il y a les voitures puis il y a celles qu'on surnomme les icônes ou légendes. Celles-ci se comptent sur les doigts des deux mains parmi lesquelles figure le Jeep Wrangler, descendant du Willys qui n'est autre que le pionnier de toute une espèce : le tout-terrain. Celui-ci, apparu en 1941, avait joué un rôle clé dans l'Histoire en aidant les Alliés dans le débarquement en Normandie. Comment ? En étant agile, robuste et capable d'évoluer sur tous les terrains. Cet ADN (ou «heritage» comme diraient les Américains), le Wrangler l'a systématiquement préservé au fil des ans et le cultive aujourd'hui avec brio dans son ultime génération. À commencer par son look qui n'a pas pris une ride et que l'on ne saurait mieux qualifier qu'avec un autre anglicisme : timeless.
Un design intemporel
À contempler le nouveau Wrangler, on est tenté de croire qu'il ne s'agit que d'un restylage. C'est pourtant et évidemment faux car cette nouvelle mouture a été totalement redessinée mais avec l'obsession des designers de ne pas dénaturer le style, disons, «iconique» de ce modèle. Résultat : le nouveau Wrangler conserve tous les gimmicks de son aïeul. Cela va des passages de roue trapézoïdaux au pare-brise peu incliné et rabattable, en passant par une calandre à 7 fentes verticales, un vitrage latéral droit et deux phares ronds. Ces deux derniers éléments de design (classiques) ont plutôt évolué d'un point de vue structurel. Ainsi, le verre des portières offre désormais une meilleure isolation phonique tandis que les optiques reçoivent la technologie LED pour l'éclairage nocturne comme pour les feux de jour. Idem pour les blocs de feux arrière qui adoptent un graphisme interne inédit. Autre nouveauté, l'apparition d'une caméra de recul nichée dans le moyeu de la roue de secours portée en sac à dos. Un emplacement discret et futé. Carrosserie toujours, on retiendra que le toit et les portes sont toujours amovibles, permettant au véhicule d'offrir une réelle expérience «open-air».
Modernisé de fond en comble
Dans un tout autre registre, celui de la praticité, l'intérieur du véhicule est lavable ! En effet et hormis la planche de bord, son instrumentation et ses commandes, il est possible de passer l'habitacle au karcher, le plancher disposant d'un bouchon d'évacuation (d'eau)! En fait et malgré les apparences, le Wrangler a été modernisé de fond en comble. Nouveau châssis, suspenssions retravaillées, éléments de carrosserie en aluminium, meilleure insonorisation, sièges plus confortables…autant d'améliorations qui ne se voient pas mais se ressente sur la route. Les plus exigeants, eux, apprécieront la mise à jour opérée sur le plan du multimédia et de la connectivité. Ainsi, l'instrumentation intègre un afficheur TFT de 3,5'' entre les deux compteurs tandis que l'écran central (de 5, 7 ou 8,4 pouces) reçoit l'interface UConnect doté de la fonction mirroring pour smartphone (Android Auto et Apple CarPlay). Dans le même sillage, l'équipement se modernise avec notamment et selon les trois niveaux disponibles (Sport, Sahara et Rubicon), l'accès mains-libre et démarrage par bouton, les radars de stationnement, le régulateur de vitesse adaptatif, la clim' à régulation électronique bizone, le capteur de crevaison, l'éclairage d'ambiance ou encore une installation audio signée Alpine à 9 HP.
Plus cher ? Oui, mais…
Techniquement, les évolutions sont tout aussi remarquables. D'abord sous le capot avec un 2.2 litres diesel qui remplace l'ancien 2.8 l CRD (200 ch/460 Nm) en offrant un rendement quasi-équivalent (200 ch/450 Nm). Il est même meilleur en termes d'insonorisation et de consommation tout en étant strictement proposé avec une boîte automatique à 8 vitesses. Jeep se targue surtout d'avoir amélioré châssis, trains roulants et motricité. Celle-ci est assurée par une transmission intégrale dernier-cri qui est reliée à une boîte de transfert à deux vitesses avec plusieurs modes de conduite en 2 ou 4 roues motrices. Le dispositif est un brin plus pointu sur la finition Rubicon qui se prédestine plus à un usage off-road. Vient enfin la question des prix et sur laquelle il y a lieu d'expliquer les choses. En effet et au vu du ticket d'entrée qui se négocie à partir de 515.000 DH, certaines voix se sont élevées pour critiquer la grille tarifaire. À tort! Car, les changements (notamment techniques) apportés sur ce nouveau Wrangler ainsi que l'enrichissement de l'équipement de base justifient amplement cette hausse de prix. Au demeurant, rien n'est trop cher pour une icône comme le Wrangler.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.