Cour pénale internationale : enquête sur des crimes potentiels durant la guerre de Gaza de 2014    Promotion des droits reproductifs Le ministère de la santé et UNFPA s'unissent    Le variant sud-africain du virus impacte les matchs organisés par la CAF    Coupe du Trône: les FAR se qualifient pour les quarts et affronteront le Raja (VIDEO)    Futsal : Les Lions de l'Atlas face à l'épreuve argentine les 6 et 8 mars    Soufiane Rahimi, son parcours et ses aspirations    Vaccination: l'OMS félicite le Maroc (tweet)    Les marines marocaine et américaine mènent un exercice conjoint    Le 18 : un Riad culturel à Marrakech    A l'initiative du Maroc, l'ONU proclame le 10 mai Journée internationale de l'arganier    Programme Intelaka: La Banque Populaire sur le terrain pour rencontrer les porteurs de projets    Mercato: quel club choisira Erling Haaland ?    Maroc : 18 pays sur la liste noire    Covid-19 / Maroc : 594 nouveaux cas, 557 guérisons et 8 morts    Toyota Corolla Cross Roads : la famille s'agrandit    Incapable d'apaiser le Hirak, Tebboune s'en prend au Maroc !    Le crédit maintient sa tendance baissière    La TVA, principale composante qui influence le secteur informel    Fès-Meknès : 4,4 milliards de dhs pour atténuer les disparités territoriales    Approbation de projets de loi    Le taux de reproduction du Coronavirus se stabilise à 0,98    Les projets de mise en œuvre de la loi cadre relative au système d'éducation présentés à Rabat    Le PPS exhorte le gouvernement à protéger le pouvoir d'achat    Coupe du Trône : Le MAS au bout du suspense    L'Allemagne réagit à la décision du Maroc    Casablanca: nouvelles coupures d'eau prévues par la Lydec    Badiâa Bouya, référence avérée de l'art culinaire marocain au Rwanda    Musique: le refrain classique des fins de mois !    Signature de 12 contrats-objectifs et lancement du projet du géo-portail national des documents de l'urbanisme    L'œuvre de Churchill représentant la mosquée Koutoubia vendue à 7 millions de livres sterling à Londres    «La création et l'art face à l'extrémisme et au discours de la haine»    Décès de la légende du reggae Bunny Wailer    Le Maroc, puissance diplomatique émergente, se dote d'une voix audible en Afrique    Plus de blanchiment d'argent ni de fuite de capitaux    Covid-19 : la stratégie de vaccination marocaine encensée par la BBC    Participation du Maroc à la 155ème session du Conseil de la Ligue arabe    Une plainte visant les attaques chimiques attribuées au régime syrien déposée à Paris    Johnson soutient une éventuelle candidature Royaume-Uni/ Irlande au Mondial 2030    Election à la présidence de la CAF : Le candidat ivoirien se révolte contre la FIFA !    Pays-Bas : explosion près d'un centre de dépistage Covid-19    L'Association d'amitié maroco-israélienne voit le jour aux Etats-Unis    15.754 audiences à distance et 300.000 affaires mises au rôle en 10 mois    Une ONG alerte sur l'ampleur de la répression en Algérie    Contribution financière du Maroc au Plan d'intervention humanitaire au Yémen    Concerts live et sessions digitales au menu de la nouvelle édition de Visa For Music    Spike Lee prépare une série documentaire pour le 20ème anniversaire des attentats du 11 septembre    Baie de Cocody: Les ouvrages maritimes achevés    Sahara marocain: des personnalités canadiennes lancent un appel à Joe Biden    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Liberté de la presse : Laissez-les jeter l'encre !
Publié dans Les ECO le 02 - 05 - 2010


«Aucun article, aucune photo ne vaut une vie». C'est par ces propos poignants que l'Association mondiale des journaux et des éditeurs de médias d'information (WAN-IFRA) titre une interview du journaliste mexicain en exil Luis Najera. Réalisée à l'occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse (que l'association célébrera sur le thème des «journalistes en exil»), cette interview rapporte l'expérience d'un journaliste obligé de fuir son pays pour préserver sa vie et celle de sa famille. Un témoignage parmi tant d'autres et un journaliste parmi des centaines à travers le monde qui fuient une vie menacée et qui s'ajoute à la longue liste d'affaires d'agressions, de harcèlements voire de meurtres, encore non résolues. Et pourtant, selon la déclaration universelle des droits de l'homme de 1948, «tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit». Déclaration qui aura incité les Nations unies, une quarantaine d'années plus tard, à adopter la Déclaration de Windhoek (Namibie), le 3 mai 1991, pour la promotion de médias indépendants et pluralistes. Dix-neuf articles, qui exigent l'établissement, le maintien et la promotion d'une presse libre, indépendante et pluraliste. Un élan de bonne volonté qui aura contribué, ces années-là, à l'essor du paysage médiatique au niveau mondial, et particulièrement en Afrique. La liberté de la presse est alors synonyme du développement d'une nation vers un Etat démocratique et l'essor d'une économie équilibrée. Nous retrouverons, par exemple, entre les lignes de cette Déclaration, un appel à la libération des journalistes emprisonnés par les Etats africains, «pour témoigner de leur bonne foi» et une incitation à (ré)ouvrir les portes à ceux qui ont «été obligés de quitter leur pays». Moins de 20 ans après l'adoption de cette déclaration, les nations se retrouvent à compter leurs morts, prendre sous leurs ailes des journalistes en fuite, ou faire de la place dans leurs prisons pour accueillir des professionnels des médias incriminés. Jeudi dernier, l'Institut national de sécurité de l'information (INSI) publiait un communiqué aux chiffres alarmants : dix-sept journalistes morts uniquement en avril 2010. Soit un mort toutes les 36 heures, dont neuf ont perdu la vie lors des quatorze derniers jours. «C'était le mois le plus sanglant enregistré pour les médias en cinq ans», note l'INSI. Pire encore ! En quatre mois, la profession porte le deuil de 42 confrères décédés dans 22 pays. Mais encore. Selon le baromètre de la liberté de la presse, de Reporters sans frontières (RSF), 296 journalistes sont emprisonnés (dont 9 collaborateurs et 120 Net-citoyens). Malheureusement, le Maroc ne fait pas l'exception. Classé 127e sur 175 pays, selon Reporters sans frontières, il compte encore un journaliste emprisonné depuis bientôt sept mois, et un cyber-citoyen sous les verrous. Néanmoins, le Royaume peut être fier d'une date, celle du 28 janvier 2010, qui a vu le lancement du dialogue national «Médias et Société» dans l'hémicycle de la Chambre des députés. Quoi qu'on dise, malgré les déboires de certaines entreprises de presse, le paysage médiatique marocain assiste à travers ce débat aux efforts d'une possible réconciliation avec l'Etat et les pouvoirs en place.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.