Vidéo – But spectaculaire de Boufal face à Yassine Bounou    Casablanca : La réouverture du Complexe Sportif Mohammed V annoncée pour fin mai    Examen des moyens de coopération agricole entre le Maroc et la RDC    Le ministère de la Santé organise la Semaine nationale de vaccination    L'artiste-peintre Abdellah El Haitout expose à Tanger    Les Instances représentatives des communautés israélites marocaines réanimées    ONCF: 2 millions de voyageurs durant les dernières vacances scolaires    SIGPA souligne l'importance de l'agriculture au sein de sa stratégie commerciale    Réouverture du Complexe Sportif Mohammed V    Siam 2019 : Soufiane Alaoui, DG de Soulara    Parlement: Le PAM remplace son chef de groupe    Loi-cadre sur l'enseignement: La CDT prépare ses conseillers    Agriculture durable: CAM s'aligne sur les objectifs de la FAO    Constitution: Référendum en Egypte    Langues = avenir    Cinéma: «Les 3M, une histoire inachevée» Une ode à l'amitié au-delà de la religion    CAN 2019. 56 arbitres en stage de préparation à partir du 28 avril à Rabat    Le roi Mohammed VI donne ses instructions au ministre de l'Intérieur    Rabat hausse le ton : Le Maroc rejette certaines idées et projets improductifs véhiculés au sujet de la question du Sahara    Partenariat en faveur de l'écosystème de la cédraie du Moyen Atlas    L'expertise suisse au service des montagnes marocaines    S.M le Roi offre un dîner en l'honneur des invités et participants au SIAM    L'AMEE sensibilise sur le rôle du pompage solaire    Journée culturelle marocaine en Bulgarie    Bouillon de culture    Remise du Grand prix national de la presse agricole et rurale    Mohamad Salah veut "plus de respect" pour les femmes dans le monde musulman    Vidéo. Le pape lave et embrasse les pieds de douze détenus    La terre a tremblé à Taroudant    Le rapport Mueller n'apporte « aucune preuve » d'ingérence russe, selon le Kremlin    25ème journée de la Botola Maroc Telecom : Avec le derby Wydad-Raja, la course au titre se précise    Marathon international de Rabat : Les migrants sur la ligne de départ    22ème Prix Charjah pour la création arabe : Trois Marocains primés au Caire    Mahjoub Raji: une autre voix s'est éteinte…    Le Maroc aux commandes du réseau MENA de Biosécurité    Algérie: «Le peuple veut qu'ils partent tous!»    Grève des étudiants en médecine. Le spectre d'une année blanche s'éloigne    Oujda : Arrestation d'un Algérien réclamé par les autorités judiciaires de son pays    Mohamed Benabdelkader : La communication contribue au renforcement de la participation à la vie publique    Pôle Nature et vie un voyage en terre connue    Liga : La semaine du titre pour le Barça    Championnats juniors de golf    Communication publique : Le dilemme de la fonction et l'identification de ses rôles    Jiří Oberfalzer : L'Initiative d'autonomie représente une solution durable au Sahara    L'ONU en quête d'unité pour réclamer un cessez-le-feu en Libye    Contribution du Maroc à l'aménagement de la mosquée Al Aqsa et de son environnement    Le Maroc à Abou Dhabi : Ouverture de la 4ème édition dans la capitale émiratie    Tottenham élimine City dans un match d'anthologie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Emwas" Des souvenirs en reconstruction
Publié dans Libération le 26 - 03 - 2019

img class="responsive" style="display:none" src="https://www.libe.ma/photo/art/grande/31966379-29948154.jpg?v=1553522528" alt=""Emwas" Des souvenirs en reconstruction" title=""Emwas" Des souvenirs en reconstruction" / img class="not-responsive" src="https://www.libe.ma/photo/art/default/31966379-29948154.jpg?v=1553522539" alt=""Emwas" Des souvenirs en reconstruction" title=""Emwas" Des souvenirs en reconstruction" width="708" /
La réalisatrice Dima Abu Ghoush est née dans le village d'Emwas en Palestine, mais elle a été forcée de le quitter à l'âge de deux ans, comme tous les autres villageois, au second jour de la guerre de 1967. Toute sa vie elle a entendu des histoires à propos d'Emwas, mais elle ne connaît ce lieu qu'en tant que parc public, car c'est ainsi qu'Israël a transformé le village, quelques années après l'avoir démoli. En 2009, Dima, avec l'aide de sa famille et de ses amis, décide de reconstruire Emwas sous la forme d'une maquette, dans un film documentaire de 52 minutes.
Le film retrace son parcours, ses collectes de documents et de photos, ses rencontres avec des habitants d'Emwas et leurs histoires, tout en braquant la caméra sur la maquette du village qui prend forme à partir des mémoires et des témoignages, notamment ceux des moines du monastère de Latroun qui ont survécu à la démolition. A leurs côtés, les témoignages oculaires d'ex-soldats israéliens qui se trouvaient à Emwas pendant la guerre et qui, pour la plupart d'entre eux, regrettent d'avoir participé à ce massacre.
Ce film, projeté dans le cadre de la célébration du cinéma palestinien au Festival du cinéma méditerranéen de Tétouan, a réussi à redonner vie à Emwas à travers la mémoire de ceux qui y ont habité, et à soulever des questions sur le futur de cette bourgade disparue et de ses anciens habitants qui rêvent encore d'y retourner, à l'instar de tous les réfugiés palestiniens dispersés à travers le monde entier.
Il est à rappeler que Dima Abu Ghoush qui est également écrivaine vit toujours en Palestine. Après avoir gagné en 2002 la prestigieuse bourse Chevening pour étudier au Royaume-Uni, elle obtient son master en Film and TV Production à l'Université de Bristol. Elle a travaillé en tant que réalisatrice et productrice indépendante sur plusieurs courts métrages, avant de cofonder Collage Productions, société de production indépendante basée en Palestine. Elle a realisé «First Love» et «Church of the Holy Sepulcre» en 2010 et «Jerusalem Neighbourhoods» en 2011. «Emwas, des souvenirs en reconstruction» est son premier film documentaire.
Pour ce qui est des projections dans le cadre de la compétition officielle du Festival du cinéma méditerranéen de Tétouan, les festivaliers ont pu découvrir, lundi, le long métrage français «Nos batailles» du réalisateur Guillaume Senez. Le film raconte l'histoire d'Olivier, un ouvrier qui se démène au sein de son entreprise pour combattre les injustices. Du jour au lendemain, sa femme, Laura, quitte le domicile sans prévenir. Elle n'est pas allée chercher ses enfants à l'école et n'a rien laissé, pas un mot, pas une lettre, juste du vide et des questions. Olivier se retrouve alors dans l'obligation de concilier éducation des enfants, vie de famille et activité professionnelle. Face à ses nouvelles responsabilités, il bataille pour trouver un nouvel équilibre.
Guillaume Senez, réalisateur du film, est auteur de plusieurs courts métrages sélectionnés dans de nombreux festivals. En 2016, il sort son premier long métrage "Keeper" avec lequel il a participé à plus de 70 festivals et remporté une vingtaine de prix aux quatre coins du monde. "Nos batailles", sélectionné à la semaine de la critique (Cannes 2018), est son deuxième long métrage.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.