Lutte contre la criminalité: La DGSN démonte les fake news    Suivez en direct le derby milanais: Ac Milan vs Inter    Tanjazz racheté par Jazzblanca    Remaniement ministériel: Mohammed VI reçoit El Othmani en audience    Meknès: arrestation de deux frères pour transfert de fonds à des combattants en Syrie et en Irak    Khalid Safir: "La fiscalité locale marocaine aux mêmes standards que dans d'autres pays"    La DGST rejette l'authenticité de deux documents qui lui sont attribués    Quasi-stagnation de l'indice des prix en août selon le HCP    Karina Sebti, nouvelle DG de Management de transition en France    Résultats financiers : Auto Hall tire son épingle du jeu en S1    Un atelier clandestin de fabrication de sacs plastiques démantelé à Mohammédia    10 millions d'écoliers, élèves et étudiants au Maroc    Japon: Pas de procès pour Ghosn avant avril 2020    BMCE Bank Of Africa dément les allégations fallacieuses de Maghreb Confidentiel et Afrique Intelligence    Mariage des mineures: Comment en venir à bout?    Brèves    Remaniement : le RNI reste dans le prochain gouvernement    Le Maroc participe à une grande opération de l'Interpol    Eclairage à Rabat sur les vertus de la médecine traditionnelle chinoise    Zidane face aux vents contraires après son pire naufrage au Real    Ligue Europa : Arsenal, Man United et Séville frappent d'entrée    Pour le Onze marocain, le chemin de Yaoundé passe en premier par Blida    Les dindes de Tnine Chtouka !    L'EMSI organise le 4ème Congrès international SysTol    Très chère 2M ! "La deuxième chaîne nous rassemble" Peut-être bien, mais à quel prix ?    Habib El Malki s'entretient avec le directeur du FNUAP pour la région arabe    Contrôle politique et autonomie des organismes publics    Divers    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Insolite : Plus de jours fériés    U2 en concert en Inde    Les incroyables révélations de Sinéad O'Connor    L'hologramme de Whitney partira en tournée en 2020    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Raja-Hilal Al Qods : Deux joueurs empêchés par Israël de jouer au Maroc    Il fait l'actu : Mohamed Karim Mounir, PDG de la BCP    Vidéos. L'Espagne célèbre la journée mondiale de la Paella    Alerte météo : Averses orageuses localement fortes avec chute de grêle et rafales à partir du vendredi dans plusieurs provinces    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie, une confrontation fratricide à Blida    Tarik Sektioui, nouvel entraîneur de la Renaissance sportive de Berkane    Le Festival Oasis 2019 comme si vous y étiez !    Premières Assises nationales du Développement humain    Statistiques du Haut-commissariat au plan (HCP)    L'Espagne s'achemine vers la tenue d'élections législatives anticipées…    Festival International du Film de Marrakech. Cap sur l'Australie !    DJ Nicola Cruz, l'explorateur de sons    Edito : Assises    Habib El Malki : La proclamation d'une Journée internationale de lutte contre l'islamophobie permettra de faire échec au discours de la haine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Emwas" Des souvenirs en reconstruction
Publié dans Libération le 26 - 03 - 2019

img class="responsive" style="display:none" src="https://www.libe.ma/photo/art/grande/31966379-29948154.jpg?v=1553522528" alt=""Emwas" Des souvenirs en reconstruction" title=""Emwas" Des souvenirs en reconstruction" / img class="not-responsive" src="https://www.libe.ma/photo/art/default/31966379-29948154.jpg?v=1553522539" alt=""Emwas" Des souvenirs en reconstruction" title=""Emwas" Des souvenirs en reconstruction" width="708" /
La réalisatrice Dima Abu Ghoush est née dans le village d'Emwas en Palestine, mais elle a été forcée de le quitter à l'âge de deux ans, comme tous les autres villageois, au second jour de la guerre de 1967. Toute sa vie elle a entendu des histoires à propos d'Emwas, mais elle ne connaît ce lieu qu'en tant que parc public, car c'est ainsi qu'Israël a transformé le village, quelques années après l'avoir démoli. En 2009, Dima, avec l'aide de sa famille et de ses amis, décide de reconstruire Emwas sous la forme d'une maquette, dans un film documentaire de 52 minutes.
Le film retrace son parcours, ses collectes de documents et de photos, ses rencontres avec des habitants d'Emwas et leurs histoires, tout en braquant la caméra sur la maquette du village qui prend forme à partir des mémoires et des témoignages, notamment ceux des moines du monastère de Latroun qui ont survécu à la démolition. A leurs côtés, les témoignages oculaires d'ex-soldats israéliens qui se trouvaient à Emwas pendant la guerre et qui, pour la plupart d'entre eux, regrettent d'avoir participé à ce massacre.
Ce film, projeté dans le cadre de la célébration du cinéma palestinien au Festival du cinéma méditerranéen de Tétouan, a réussi à redonner vie à Emwas à travers la mémoire de ceux qui y ont habité, et à soulever des questions sur le futur de cette bourgade disparue et de ses anciens habitants qui rêvent encore d'y retourner, à l'instar de tous les réfugiés palestiniens dispersés à travers le monde entier.
Il est à rappeler que Dima Abu Ghoush qui est également écrivaine vit toujours en Palestine. Après avoir gagné en 2002 la prestigieuse bourse Chevening pour étudier au Royaume-Uni, elle obtient son master en Film and TV Production à l'Université de Bristol. Elle a travaillé en tant que réalisatrice et productrice indépendante sur plusieurs courts métrages, avant de cofonder Collage Productions, société de production indépendante basée en Palestine. Elle a realisé «First Love» et «Church of the Holy Sepulcre» en 2010 et «Jerusalem Neighbourhoods» en 2011. «Emwas, des souvenirs en reconstruction» est son premier film documentaire.
Pour ce qui est des projections dans le cadre de la compétition officielle du Festival du cinéma méditerranéen de Tétouan, les festivaliers ont pu découvrir, lundi, le long métrage français «Nos batailles» du réalisateur Guillaume Senez. Le film raconte l'histoire d'Olivier, un ouvrier qui se démène au sein de son entreprise pour combattre les injustices. Du jour au lendemain, sa femme, Laura, quitte le domicile sans prévenir. Elle n'est pas allée chercher ses enfants à l'école et n'a rien laissé, pas un mot, pas une lettre, juste du vide et des questions. Olivier se retrouve alors dans l'obligation de concilier éducation des enfants, vie de famille et activité professionnelle. Face à ses nouvelles responsabilités, il bataille pour trouver un nouvel équilibre.
Guillaume Senez, réalisateur du film, est auteur de plusieurs courts métrages sélectionnés dans de nombreux festivals. En 2016, il sort son premier long métrage "Keeper" avec lequel il a participé à plus de 70 festivals et remporté une vingtaine de prix aux quatre coins du monde. "Nos batailles", sélectionné à la semaine de la critique (Cannes 2018), est son deuxième long métrage.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.