Privatisation : Les dessous de l'opération Maroc Telecom    Mauritanie : Le candidat du pouvoir remporte la présidentielle    Diabète : Novo Nordisk et le ministère lancent 2 unités de soins    Eaux de baignade: Ces plages à éviter    Construction prochaine d'une nouvelle cimenterie dans la région d'El Jadida    Le dirham s'apprécie de 1,4% par rapport à l'euro et de 0,3% vis-à-vis du dollar    Les opportunités d'investissement au Maroc présentées à Barcelone    Le président de la Chambre des représentants rencontre le corps diplomatique arabe accrédité à Dublin    Mohamed Cheikh El-Ghazouani se proclame vainqueur et l'opposition rejette les résultats de la présidentielle en Mauritanie    Prisme tactique : Une victoire en trompe-l'œil    "Comment est-ce possible ?" Maroc-Namibie disputé sans pause fraîcheur    Le strict minimum Mais c'est déja ça !    Mohamed Benabdelkader : Le Maroc place la restructuration de la haute fonction publique au cœur de la réforme de son administration    Insolite : Mis en examen    Le nombre de bacheliers a augmenté de 8,19%    Divers    Au Liban, des posters vintage exposent les clichés du cinéma occidental    Découverte en Asie centrale des plus vieilles traces d'usage de cannabis    Deux jeunes Marocaines participent à Paris au "LabCitoyen" de l'Institut français    Criminalité à Casablanca. Recul des affaires de vol    Washington s'apprête à sanctionner davantage l'Iran    Délais de paiement : Bencahaaboun mise sur la transparence    Afrique du Sud-Côte d'Ivoire : choc entre deux équipes en quête de gloire perdue    « MOULTAKA AL YOUSR »/LE COLLOQUE SCIENTIFIQUE DE BANK AL YOUSR: UNE 2EME EDITION POUR CONSOLIDER LES AVANCEES DE LA FINANCE PARTICIPATIVE AU MAROC    L'école belge de Rabat met en place des programmes préparatoires aux tests d'admission    Hausse de 1,9% des ventes de ciment à fin mai    Nuit de liesse à Istanbul après la victoire de l'opposition    La cheffe de l'ONU pour les droits humains réclame le rapatriement des familles de Daech    Groupe D Côte d'Ivoire – Afrique du Sud : Prendre une option sur le 2e tour    MAROC/PALESTINE : LAKJAA RAPPELLE LE SOUTIEN ENGAGE DE SM LE ROI MOHAMMED VI POUR LES PALESTINIENS, DIRECTION ET PEUPLE    Clôture de la 22ème édition du Festival Gnaoua et musiques du monde : Le succès toujours au rendez-vous    Mauritanie: Cheikh El-Ghazouani revendique la victoire    De David Guetta à Kery James: retour sur le weekend de Mawazine    Abdellah Bekkali, reconduit pour un nouveau mandat    Une mosquée de Ceuta visée par des tirs    25ème Festival de Fès des musiques sacrées du monde : Du gospel et flamenco pour marquer la fin    Ouverture de la 12è retraite du Conseil de Paix et de Sécurité de l'UA à Sekhirat    L'UIC lance son premier DBA en association avec ESC Clermont    Gouvernance spatiale et développement    Abdelhadi El Mouaziz remporte le 11è Trail international des cèdres    Mawazine-2019: le duo Bigflo et Oli propulse le public vers « la lune »    Immigration illégale : Six individus déférés devant le parquet à Larache    Le Maroc prend part au "Sommet des deux rives, Forum de la Méditerranée"    Festival de Fès, un bilan très satisfaisant pour la 25ème édition    Casa-Settat : Le taux de réussite au bac en très forte augmentation    CAN 2019 : « Le meilleur reste à venir », promet Boussoufa    Sahara marocain : La Barbade décide de retirer sa reconnaissance de la pseudo «rasd»    Vif succès du tournoi de football organisé par Act4Community Jorf Lasfar    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Attention aux jeans trop serrés et à l'épilation intégrale !
Publié dans Libération le 21 - 05 - 2019

Adopter le jean skinny ou l'épilation intégrale ne serait pas sans risque pour la zone intime féminine. Ces pratiques augmenteraient la probabilité de souffrir de douleurs à la vulve, appelées vulvodynie.
Elle est aussi connue sous le nom de dépression du vagin. La vulvodynie est comme son nom l'indique une affection de la vulve (« vulvo » = vulve, « dynie » = douleur), qui se manifeste par une sensation d'inconfort dans cette zone pendant plus de trois mois. La femme en souffrant peut ressentir des brûlures ou des picotements, et ce d'autant plus vivement à cause d'un contact avec les vêtements, d'une serviette hygiénique ou d'une selle, ou encore d'une pénétration lors d'un rapport sexuel. Il s'agit alors de dyspareunie.
La cause de cette pathologie chronique méconnue reste encore mystérieuse. A l'examen, le médecin ne retrouve aucune lésion. Certains praticiens la considèrent ainsi d'origine psychologique. Mais les chercheurs de l'école de santé publique de l'Université de Boston (Etats-Unis) semblent avoir identifié deux autres pistes qui pourraient expliquer cet inconfort. Et ces facteurs seraient communs à de nombreuses femmes. Ils révèlent leurs découvertes dans une étude, publiée dans le Journal of Lower Genital tract Disease en avril dernier.
Pour parvenir à leurs conclusions, les scientifiques se sont penchés sur les pratiques de femmes âgées de 18 à 40 ans. Au total, 213 avaient été diagnostiquées pour des douleurs vulvaires. 221 n'indiquaient quant à elles aucun problème intime.
Ils ont finalement remarqué que les participantes adeptes de jeans serrés avaient plus de risques de souffrir de vulvodynie. Quand elles en portaient plus de trois ou quatre fois par semaine, elles présentaient deux fois plus de risque par rapport à celles qui n'en mettaient jamais. « Le port des jeans ou de sous-vêtements trop serrés sont des causes d'infections intimes qui ont déjà été officiellement reconnues comme facteurs favorisant les douleurs vulvaires », explique dans un communiqué Bernard Harlow, professeur en épidémiologie et auteur de l'étude.
Par ailleurs, d'un autre point de vue esthétique, les femmes qui optaient régulièrement pour l'épilation intégrale du maillot avaient aussi un risque augmenté de 74 % de rencontrer ces douleurs chroniques. « Les micros abrasions causées sur la peau en cas d'épilation intime provoquent des inflammations dans cette zone particulièrement sensible susceptibles de favoriser le développement de douleurs, surtout chez les adolescentes », développe le chercheur.
De nouvelles études sont encore nécessaires pour mieux comprendre le syndrome et proposer des solutions adaptées aux patientes. Aujourd'hui, les médecins prescrivent des pommades anesthésiantes avant les rapports, des antidépresseurs ou un antiépileptiques à petites doses, parfois même de la rééducation périnéale, de la stimulation électrique nerveuse transvaginale ou une psychothérapie. Peut-être suffirait-il pour certaines de choisir un jean droit ou une épilation du maillot plus classique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.