Nasser Bourita : l'ouverture de consulats dans les provinces du Sud souligne la marocanité du Sahara    IFC accorde un prêt de 100 millions de dollars à la Région Casablanca-Settat    La Tribune de Nas : Pas la guigne habituelle…    Affaire « Hamza mon bb » : les derniers éléments du procès    Trade Tensions With Europe Flare as Trump Flexes Economic Muscle    LDC Afrique: Ce qu'il faut savoir sur le choc Maghrébin EST- RAJA    Espagne : arrestation d'un réseau criminel organisant des mariages blancs    La tempête Gloria fait 10 morts et 4 disparus    Thomas Reilly : « le Maroc et le Royaume-Uni ont énormément à offrir au continent africain »    Nouveau virus : trois villes chinoises déclarées en quarantaine, les festivités du Nouvel An annulées à Pékin    La sélection nationale de handball approche de la qualification à la Coupe du monde    Le PPS au parlement    Arrestation d'un individu pour trafic de psychotropes à Fnideq    Botola Pro D1 : Le Hassania d'Agadir renoue avec la victoire    La 31ème édition du Marathon international de Marrakech ce dimanche : Plus de 13.000 athlètes de 75 pays au départ    Entretien avec Adil Terrab, président du Conseil Préfectoral du tourisme Meknès    Le défi national !    Destitution Trump: l'accusation en appelle au courage des sénateurs républicains    BCE: Pleins feux sur la future stratégie et les risques    Angola: Isabel dos Santos accusée formellement de fraude et blanchiment d'argent    Présidentielles boliviennes: Evo Morales désigne son candidat…    Qui est le binôme Alj-Tazi, le nouveau duo qui tient les rênes de la CGEM ?    La République centrafricaine ouvre sa représentation diplomatique à Laâyoune    Terres collectives : Ce que recommande le CESE    Un stand marocain aménagé par l'ONMT : La 40ème édition du FITUR de Madrid se poursuit jusqu'au 26 janvier    En Grèce, une femme élue pour la première fois à la présidence    Edito : Civisme    Province de Guelmim : 3 morts et 10 blessés dans un accident de la route    Une quinzaine de routes libre et une douzaine coupée    Comment les étudiants voient leurs rêves s'éloigner    Cinéma : Adam, la force des femmes devant et derrière la caméra    60ème anniversaire de l'USFP Grande manifestation à Larache    EuroMed Droits préoccupé par la restriction de la liberté d'expression    Dans son intervention lors de la séance mensuelle consacrée à la politique générale à la Chambre des conseillers    Les Américains ont moins dépensé en jeux vidéos en 2019    Le cacao bio commence à sortir des petits paysans brésiliens de la misère    Atelier de formation à Safi sur l'insertion des jeunes dans le tissu socioéconomique    Insolite : Perché dans un tonneau    Arrestation d'un président de commune pour corruption    Divers sportifs    Sébastien Desabre : L'atteinte des objectifs est une responsabilité collective qui exige du travail fondé sur la discipline, le respect et l'efficacité    Ces stars mariées à leur amour de jeunesse    Présentation à El Jadida du livre "Mémoires d'un professeur"    Une nouvelle étoile cinématographique illumine Tiznit    Abdelkader Ababou: adieu l'artiste doux…    Au titre de l'année 2019 : 80 rencontres culturelles dans 35 cafés littéraires de par le Maroc    Improvisation sur «Des tranches de vie nées du néant»    Les avocats de Trump veulent un acquittement "immédiat" à son procès en destitution    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Attention aux jeans trop serrés et à l'épilation intégrale !
Publié dans Libération le 21 - 05 - 2019

Adopter le jean skinny ou l'épilation intégrale ne serait pas sans risque pour la zone intime féminine. Ces pratiques augmenteraient la probabilité de souffrir de douleurs à la vulve, appelées vulvodynie.
Elle est aussi connue sous le nom de dépression du vagin. La vulvodynie est comme son nom l'indique une affection de la vulve (« vulvo » = vulve, « dynie » = douleur), qui se manifeste par une sensation d'inconfort dans cette zone pendant plus de trois mois. La femme en souffrant peut ressentir des brûlures ou des picotements, et ce d'autant plus vivement à cause d'un contact avec les vêtements, d'une serviette hygiénique ou d'une selle, ou encore d'une pénétration lors d'un rapport sexuel. Il s'agit alors de dyspareunie.
La cause de cette pathologie chronique méconnue reste encore mystérieuse. A l'examen, le médecin ne retrouve aucune lésion. Certains praticiens la considèrent ainsi d'origine psychologique. Mais les chercheurs de l'école de santé publique de l'Université de Boston (Etats-Unis) semblent avoir identifié deux autres pistes qui pourraient expliquer cet inconfort. Et ces facteurs seraient communs à de nombreuses femmes. Ils révèlent leurs découvertes dans une étude, publiée dans le Journal of Lower Genital tract Disease en avril dernier.
Pour parvenir à leurs conclusions, les scientifiques se sont penchés sur les pratiques de femmes âgées de 18 à 40 ans. Au total, 213 avaient été diagnostiquées pour des douleurs vulvaires. 221 n'indiquaient quant à elles aucun problème intime.
Ils ont finalement remarqué que les participantes adeptes de jeans serrés avaient plus de risques de souffrir de vulvodynie. Quand elles en portaient plus de trois ou quatre fois par semaine, elles présentaient deux fois plus de risque par rapport à celles qui n'en mettaient jamais. « Le port des jeans ou de sous-vêtements trop serrés sont des causes d'infections intimes qui ont déjà été officiellement reconnues comme facteurs favorisant les douleurs vulvaires », explique dans un communiqué Bernard Harlow, professeur en épidémiologie et auteur de l'étude.
Par ailleurs, d'un autre point de vue esthétique, les femmes qui optaient régulièrement pour l'épilation intégrale du maillot avaient aussi un risque augmenté de 74 % de rencontrer ces douleurs chroniques. « Les micros abrasions causées sur la peau en cas d'épilation intime provoquent des inflammations dans cette zone particulièrement sensible susceptibles de favoriser le développement de douleurs, surtout chez les adolescentes », développe le chercheur.
De nouvelles études sont encore nécessaires pour mieux comprendre le syndrome et proposer des solutions adaptées aux patientes. Aujourd'hui, les médecins prescrivent des pommades anesthésiantes avant les rapports, des antidépresseurs ou un antiépileptiques à petites doses, parfois même de la rééducation périnéale, de la stimulation électrique nerveuse transvaginale ou une psychothérapie. Peut-être suffirait-il pour certaines de choisir un jean droit ou une épilation du maillot plus classique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.