Anti-corruption: La réforme très attendue    SMI: Hausse du résultat net    Vol de bagages à l'aéroport Mohammed V    Indemnité Covid: Le 1er texte d'application validé    L'image de la semaine    «Zanka contact», un ovni dans le 7e art national    Le Trésor place 700 MDH d'excédents de trésorerie    Covid-19 : l'Allemagne enregistre son bilan quotidien le plus élevé depuis avril    New York : deux morts et 14 blessés lors d'une fusillade    Botola Pro: l'OCK tombe à domicile face à Berkane (VIDEO)    Covid-19 : 2 552 nouveaux cas confirmés et 2 318 guérisons en 24h    Ukraine : 3 Marocains décédés dans un accident    Mehdia : des policiers contraints d'user de leurs armes pour interpeller un individu dangereux    Au 11 septembre, les avoirs officiels de réserve se sont établis à 296,9 MMDH    Hausse de 39,1% des souscriptions sur le MAVT à fin juillet 2020    Confinement. La santé mentale en danger    Real Madrid: Gareth Bale prêté à Tottenham    Cellule terroriste démantelée le 10 septembre: Ce que révèle l'expertise de la police scientifique    Maroc: le viol filmé d'un enfant de 10 ans circule sur la Toile    La presse britannique évoque les « sculptures » de Mehdia    Raja: les détails du transfert de Badr Banoun à Al Ahly    Horrible découverte: Un bébé dans une poubelle    Le secrétariat général des Finances de nouveau vacant    Morsures de serpent: une Marocaine parmi les « championnes » de la sensibilisation dans le monde    El Fizazi n'exclut pas un retour de Benkirane à la politique    Covid-19: tous les gouvernorats tunisiens classés en zone rouge    Turquie : Ankara condamne un journal grec qui avait invité Erdogan à « aller se faire foutre »    Le Maroc va-t-il changer son protocole sanitaire pour sauver le tourisme ?    Décès de Mohamed Talal    Installation des nouveaux membres de la CRDH de Guelmim-Oued Noun    Le secteur du livre affaibli par la pandémie    La cérémonie des Emmy Awards, en direct mais 100% virtuelle au temps du coronavirus    La FNM organise des expositions dans l' ensemble de ses musées " pour célébrer la vie "    La Juve en quête d' un 10ème titre de suite    Rude épreuve doukkalie pour le Raja et le Wydad    Algérie : 4 morts et six portes disparus après le chavirement d'une embarcation de fortune    Voici quand débute le mois de Safar au Maroc    Casablanca: le distanciel pour 2 semaines supplémentaires    Finale de la ligue des champions CAF 2018-2019 : L'appel du Wydad rejeté par le TAS    Le Maroc signe un mémorandum d'entente pour l'acquisition de vaccins anti-Covid 19    Etat-Unis : Les applications chinoises TikTok et WeChat interdites    Mostra de Venise. L'actrice marocaine Mila Suarez crée le buzz avec un baiser « hot »    Maître Gims membre d'une secte islamiste ?    Le gouvernement adopte un projet de décret relatif à la simplification des procédures et formalités administratives    Mise à jour de la 23ème journée de la Botola Pro D1 : Le Wydad revient à un point du leader    Le forum de la jeunesse du cinéma hassani démarre ce soir    Chic Intemporel : La dimension humaine d'une marketplace solidaire    Marchés publics et gouvernance des tribunaux : Le ministère de la justice trace son plan d'action    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Marche Verte s'invite à "Harhoura ciné-plage"
Publié dans Libération le 29 - 07 - 2016

img class="responsive" style="display:none" src="http://www.libe.ma/photo/art/grande/9945072-16126358.jpg?v=1469729601" alt="La Marche Verte s'invite à "Harhoura ciné-plage"" title="La Marche Verte s'invite à "Harhoura ciné-plage"" / img class="not-responsive" src="http://www.libe.ma/photo/art/default/9945072-16126358.jpg?v=1469729606" alt="La Marche Verte s'invite à "Harhoura ciné-plage"" title="La Marche Verte s'invite à "Harhoura ciné-plage"" /

Le festival de cinéma en plein air a offert à son public, mercredi à Sidi Abed, une soirée très patriotique avec la projection du film de Youssef Britel "La Marche Verte" et celui de Mohammed Lyounssi "L'écharpe rouge", dans le cadre de la compétition officielle du long-métrage de la 1ère édition du Festi-plage de
Harhoura.
Ponctuée d'innombrables salves d'applaudissements, la première soirée de cette manifestation s'est ouverte sur deux tubes à la gloire du Maroc et du Sahara marocain suivis de la projection de cette longue épopée marocaine ayant incarné la communion entre le glorieux Trône alaouite et le peuple marocain qui ont mené une lutte héroïque pour s'affranchir du joug du colonisateur et parachever l'intégrité territoriale du Royaume. Face à autant d'émotions et de patriotisme, le film retrace l'histoire de la Marche Verte du 6 novembre 1975. Après le célèbre discours de Feu Hassan II du 16 octobre de la même année, pour appeler les Marocains, du Nord au Sud et de l'Est à l'Ouest, à une marche pacifique pour l'intégrité territoriale du Maroc, près de 350 mille personnes ont répondu à l'appel de leur Monarque et marché à la reconquête du Royaume. Une histoire vécue à plusieurs et vue dans le film à travers les tranches de vie de six hommes et femmes ayant pour point commun de se battre pacifiquement pour la libération d'un territoire colonisé et de fouler la terre usurpée de leurs frères sahraouis. Un film où se croisent les destins d'une poignée d'hommes et de femmes, tous mus par un même rêve, celui de participer à la construction du Maroc moderne. C'est aussi l'histoire de Zhor qui risqua sa vie afin de marcher en souvenir de son époux décédé et mettre son enfant au monde sur la terre du Sahara marocain occupé, ou encore Mohamed et Youssef, deux frères attachants que tout oppose mais que leur marche et la maladie de l'un finiront par les unir. Le réalisateur du film, Youssef Britel, rejoint sur scène par une partie des membres de son équipe, a relevé que l'idée de faire un film sur la marche était toujours omniprésente et remontait à plusieurs années. "Ainsi elle mûrissait, jusqu'au jour où j'ai rencontré les bonnes personnes, Mehdi Belhaj et Othmane Benzakour (producteurs du film), qui partageaient avec moi la grandeur de l'idée et qui ont cru en moi", a-t-il souligné". "La Marche Verte" était un sujet qui m'a toujours tenu à cœur", a confié Britel à la MAP, rappelant qu'il a gagné le concours national organisé par le Centre cinématographique marocain (CCM) en 2004, avec son premier court métrage, qui racontait l'histoire d'un vieux monsieur, nommé "Sellam" ayant participé à cette grande aventure qu'est la Marche Verte. La fin de la projection a suscité une véritable standing ovation de la part du public, visiblement conquis par les scènes du film montrant des milliers de personnes traversant le désert, jusqu'au drapeau rouge et vert planté, le 6 novembre 1975, dans le sable du Sahara, face aux fusils espagnols.
La compétition s'est ensuite poursuivie avec la projection de "L'écharpe rouge", une histoire d'amour dépassant les frontières et les conflits politiques, du réalisateur Mohammed Lyounssi, qui raconte l'histoire d'un amour épique qui défie l'éloignement, la guerre et la tentation. Ce film, coécrit par Mohammed Lyounssi et Jilali Farhati, revisite l'épisode douloureux de l'expulsion en 1975 de familles marocaines de l'Algérie, à travers le destin d'un couple tristement séparé, mais uni à jamais par la force de l'amour, pour le meilleur et pour le pire. Il relate l'histoire de Lahbib, un Marocain résidant en Algérie qui attend avec sa femme algérienne, Louisa, leur premier enfant.
S'exprimant à cette occasion, Lyounssi a affirmé que "ce film traite d'une question historique d'un point de vue humaniste", estimant que les protagonistes incarnent la souffrance et le déchirement de milliers de familles, séparées à cause d'un conflit politique. Concernant cette première édition de "Harhoura ciné-plage", le réalisateur a souligné que l'objectif est de rapprocher la culture du public vu la baisse de la fréquentation des salles de cinéma, ajoutant que ce genre d'initiative offre une belle évasion pour les estivants. Cette première journée du Festi-plage a été également marquée par l'organisation d'un atelier de scénario, animé par le monteur et scénariste Hicham Rafia et le réalisateur Rachid Zaki, au profit d'étudiants et de deux matchs de beach-volley. Le programme comprend, en outre, l'organisation du "Master class" en matière de production et de photographie, qui sera encadré par le réalisateur Jilali Ferhati, et un atelier d'écriture du scénario, encadré par le scénariste Mohamed Arious. Lors de cet événement, un jury constitué de professionnels du cinéma sera chargé de départager les meilleurs longs-métrages en compétition et attribuer les meilleurs prix. Initié par l'Association marocaine des arts sans frontières (AMAF), "Harhoura ciné-plage" qui constitue une nouvelle aventure cinématographique permettra aux professionnels du 7ème art comme au public de cinéphiles de partager leur passion du cinéma le temps d'un festival, favorisant ainsi la protection, le développement, la promotion de la production artistique et culturelle (cinéma, théâtre, musique) à travers notamment la projection de films à la grande joie d'un public de cinéphiles et d'estivants.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.