Laâyoune: le droit à la santé à l'ère de la Covid-19 domine les débats de la CRDH    Les atouts du Maroc en tant que destination golfique de premier choix mis en avant en Pologne    Bruxelles attend de Biden des engagements clairs sur le partenariat transatlantique    Karaté: Médaillée d'or, la Marocaine Btissam Sadini se qualifie pour les JO de Tokyo    Karaté : Médaillée d'or, Btissam Sadini se qualifie pour les JO de Tokyo    Ministère public et Gendarmerie Royale collaborent pour une meilleure qualité des prestations aux usagers    Wydad: Benzarti exclut un joueur des entraînements    Euro 2021: la Belgique écrase la Russie (VIDEO)    Équipe nationale : On tire la sonnette d'alarme !    Variant indien au Royaume-Uni: Boris Johnson avertit    Le grand pèlerinage à la Mecque en format réduit, les Marocains dépités    Euro 2020 : Danemark-Finlande interrompu provisoirement suite au grave malaise du Danois Christian Eriksen    Hajj 2021: les précisions du ministère des Habous et des Affaires islamiques    Algérie : la remueuse Kabylie dénonce une parodie d'élections et un régime réduit à la dernière extrémité    La date de l'Aïd Al Adha 2021 au Maroc    Algérie : les législatives anticipées servent à blanchir le régime (collectif)    Résolution européenne: les pays du Golfe solidaire avec le Maroc    Le Maroc peut produire des composants de la voiture électrique    Wikipedia en version Darija est désormais disponible    La Bourse de Casablanca en hausse    L'Istiqlal réaffirme la nécessaire récupération de Sebta et Melilia    Maroc – Burkina Faso : Pour suivre le match    Transfert de Hakimi : Le PSG s'apprêterait à améliorer son offre    La CSMD fait escale à Aït Bouguemez, le désenclavement des zones rurales au centre des débats    Le message du roi Mohammed VI au président russe Vladimir Poutine    Tan-Tan : un multirécidiviste se suicide en garde à vue, une enquête ouverte    Covid-19 au Maroc : 455 nouveaux cas et 5 décès enregistrés en 24 heures    Le travail des enfants concerne 1,3% des ménages    Don de sang: le beau geste des ultras du Raja et du Wydad    Conférence de Berlin II: Bourita s'entretient avec l'envoyé spécial du SG de l'ONU pour la Libye    OCP : Succès d'une émission obligataire de 1,5 Milliard de Dollars à l'international    Protection contre les catastrophes naturelles: un chèque de 100 millions de $ de la banque mondiale au Maroc    Entrée au Maroc: les voyageurs en provenance de la liste A ne sont plus obligés de passer le PCR    Résolution européenne sur les migrants mineurs : réunion urgente du Parlement arabe le 26 juin    Rabat restera un indéfectible soutien de Tripoli, déclare Nasser Bourita    Royal air Maroc : les détails des vols pour cet été    Covid-19: Lancement du premier kit de test à domicile en Inde    Covid-19: Les vaccins chinois par pulvérisation nasale en phase d'essais cliniques    Météo: le temps qu'il fera ce samedi 12 juin au Maroc    Le tournage de la cinquième partie d'Indiana Jones aura lieu au Maroc    La cinquième aventure d'Indiana Jones sera tournée au Maroc    La posture du professeur et de l'élève ne fonctionne plus    Les 10 ans de la FNM: Un bilan plus que positif    Education nationale-FNM: Un partenariat pour promouvoir l'accès des élèves aux musées    Victor Hugo, ses funérailles, ses dessins    Le goût de la vie orientale    MEN et FNM instaurent la gratuité des musées et monuments pour les étudiants    Khalid Benzakour traite de la condition de la femme au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sages-femmes au Maroc, un métier indispensable mais précarisé
Publié dans L'opinion le 09 - 05 - 2021

La profession de sage-femme connaît bien quelques développements du côté législatif, mais accuse encore certaines défaillances quant à ses conditions de travail.
Depuis l'apparition des premières formes de civilisation, la Sage-femme, communément appelée « Kabla » sous nos cieux, a occupé une place privilégiée dans les sociétés humaines. En effet, grâce à son rôle à la fois médical et social, elle est la première protectrice des mères et des enfants. Sans compter qu'elle intervient dans l'un des événements les plus importants d'une famille.
Aussi, au lendemain de la journée internationale de la Sage-femme, célébrée le 5 mai depuis plus de 15 ans, il n'est pas trop donné que de rendre hommage à ces femmes qui exercent l'un des métiers les plus nobles au monde et de rappeler leur importance dans l'amélioration de la santé maternelle et néonatale, comme dans la promotion de la santé sexuelle et reproductive auprès des femmes, des couples, des familles et de la communauté.
Le rôle que joue ces « donneuses de vie » comporte bien des facettes et est encore trop méconnu du grand public. Car, « en addition à la planification familiale, la sensibilisation de la femme enceinte, la surveillance de la grossesse, la pratique de l'accouchement, la prévention des complications lors de la grossesse et de l'accouchement, et la participation active dans la prise en charge médicale des mères et des nouveaux nés, les domaines d'intervention des sages-femmes englobent tout le paquet de soins de la santé sexuelle et reproductive », nous explique Rachida Fadil, présidente de l'association nationale des sage-femmes au Maroc (voir les 3 questions).
La sage femme marocaine :une professionnelle noble au rôle salvateur
Les sages-femmes sont au nombre de 4.371 dans le Royaume. Grâce à leur travail, « notre pays a pu relever le défi de réduire la mortalité maternelle et néonatale et réaliser des avancées considérables dans ce domaine », avance Rachida Fadil. Selon la dernière enquête nationale sur la population et la santé familiale, menée entre 2017 et 2018, le taux de mortalité maternelle est réduit de 35%, passant de 112 pour 100.000 naissances vivantes en 2010 à 72.6 décès pour 100.000 naissances vivantes. La même tendance à la baisse a été constatée pour la mortalité néonatale qui est passé de 21,7 à 13,56 pour 1.000 naissances vivantes.
Un autre chiffre pour appuyer leur importance est celui des nombres d'accouchements qui s'est établi à près de 2,5 millions d'accouchements de 2010 à 2015, selon une étude menée par la plateforme de données Statista.
Si la vocation de « Kabla » est l'une des plus vieilles et reconnues dans notre pays, son visage a bien changé aujourd'hui. Au Maroc, l'exercice de la profession de sage-femme est régi par la loi n° 44-13, adoptée en septembre 2016, dont les décrets d'application n'ont vu le jour qu'en juillet 2020 et dont « les notes ministérielles accusent toujours d'un retard inexplicable », souligne la présidente de l'ANSFM.
La loi en question stipule dans son article premier que « la sage-femme est toute personne qui, en fonction du titre ou du diplôme détenu dans les limites des compétences acquises au cours de la formation de base ou la formation continue, exerce les actes nécessaires au diagnostic et à la surveillance de la grossesse, pratique l'accouchement eutocique, prodigue des conseils, dispense les soins et assure la surveillance postnatale de la mère au nouveau-né et au nourrisson ».
Ces donneuses de vie assurent également le dépistage des risques et des complications au cours de la grossesse, l'accouchement et le post partum, contribuent aux activités de la santé reproductive et participent aux actions de sensibilisation, d'éducation et de la communication auprès de la femme et de la famille.
Des conditions de travail à améliorer
En plus du retard accusé dans l'application de cette récente législation qui cadre le travail des sages-femmes, leurs conditions de travail sont aussi à revoir.
Pour Mme Fadil, « l'effectif réduit des sages-femmes au Maroc constitue une des plus grandes défaillances qui affectent la bonne tenue de l'exercice du métier ». Un effectif répondant aux exigences de la profession et des pratiques ainsi qu'aux besoins des femmes et des nouveaux nés est donc de mise, afin d'alimenter plusieurs établissements de santé qui ne répondent pas aux normes. A ce titre, notons qu'en 2019, nous affichions une proportion de 4 sages-femmes pour 1000 naissances au Maroc, alors que la norme définie par l'OMS exige 6 sages-femmes pour 1000 naissances. Un manque d'effectif qui induit des conditions de travail inconvenables, surtout dans les régions reculées, où certaines sages-femmes font l'astreinte toutes seules et assurent en parallèle le service 24h/24.
D'autant plus qu'il y a un déphasage entre les sages femmes formées et celles recrutées dans les services de santé. D'ailleurs, l'Association Marocaine des Sages-femmes (AMPSF) ne cesse d'appeler les décideurs à revoir la situation de près de 2200 sages-femmes au chômage.
Les sages-femmes revendiquent également le droit de recevoir une meilleure formation pour avoir les compétences et les habilités nécessaires à prodiguer des soins de qualité. Il sied toutefois de noter que leur formation a connu un saut qualitatif indéniable, puisque la formation des sages-femmes répond au système LMD.

3 questions à Rachida Fadil
« Aujourd'hui, nous souffrons de pénurie de sages-femmes, de manque de moyens... »
Nationale des Sages-Femmes au Maroc (ANSFM), nous expose l'état des lieux de la profession de sage-femme au Maroc.
- Depuis l'approbation des décrets d'application de la loi 44.13 en janvier 2020, y a-t-il eu un changement concret dans la profession ?
- Pas encore, puisque nous attendons toujours que le ministère de la Santé élabore ses notes pour appliquer la loi. Ces notes devront, entre autres, contenir les tâches des sages-femmes et les limites de leur travail, sans quoi la loi ne peut être appliquée. Pour notre part, nous avons travaillé sur une proposition de ces textes et nous avons eu une réunion avec la Direction de la réglementation du ministère de tutelle en février 2020, lors de laquelle il y a eu un consensus sur tous les points, concernant ces notes et notamment l'Ordre des médecins. Cependant, le travail traîne toujours au ministère. Malheureusement, ce retard n'arrange pas la situation de la santé reproductive au Maroc. Notez que la sage-femme peut effectuer 90% des actes et des soins de la santé sexuelle et reproductive. D'autant plus que nous voulons être des leaders en la matière dans la Région et nous avons tout le potentiel pour l'être.
- Est-ce que l'apport de la formation LMD qui a été instituée en 2013 commence à donner ses fruits ?
- Il y a toujours des sages-femmes qui avaient des doctorats dans des domaines proches de la profession, notamment en biologie. Cette année, nous avons eu les premières docteurs sages-femmes au Maroc, diplômées de l'institut des sciences de la santé de Settat, affiliée à l'Université Hassan 1er.
Pour ce qui est de la formation des sages-femmes, j'aimerai aussi mettre l'accent sur un point très problématique. Aujourd'hui, nous sommes dans la nécessité d'arrêter la formation des sages-femmes pour absorber les 2200 sages-femmes, formées par l'Etat, et qui sont toujours au chômage. Mais ce n'est pas une solution, et notre pays a besoin de sages-femmes. D'ailleurs, le thème de la journée internationale des sages-femmes de cette année est « Investissez dans les sages-femmes ». C'est une profession indispensable qui évite 4.300.000 décès en maternité et en natalité.
- Comment sont les conditions de travail des sages-femmes ?
- Elles sont loin d'être favorables et nous plaidoyons pour leur amélioration. La sage-femme se sent en insécurité dans son travail, du fait que les conditions ne permettent pas forcément un accouchement sécurisé. Ca devient très stressant, puisqu'on est responsables de deux vies pendant l'accouchement. D'ailleurs, plusieurs sages-femmes se retrouvent en dépression, car elles font un métier où elles sentent que ni elles ni leurs parturientes ne sont en sécurité.
Aujourd'hui, nous souffrons de pénurie de sages-femmes, de manque de moyens, le problème de transport quand il y a besoin de transférer une femme d'une unité à un centre hospitalier ... et la liste n'est pas exhaustive


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.