Rabat: L'Intérieur se charge du budget 2020    Oriental: Le CRI en mode proximité    Complexe Mohammed VI: Le modus operandi    Arganier: Le bio pour monter en gamme    Cafés hors la loi: La démolition commence!    Un nouveau souffle pour la Fondation «Esprit de Fès»    Des entreprises portugaises en mission d'affaires multisectorielle au Maroc    Ligue des champions : Ciel dégagé pour le PSG avant l'heure de vérité    Ligue Europa: Arsenal et la Roma au rendez-vous des seizièmes    Avec la victoire de Boris Johnson, tout reste à jouer pour l'économie britannique    Un ex-Premier ministre turc égratigne Erdogan en lançant son parti    L'intelligence artificielle, entre opportunité et menace pour la santé    Deux alpinistes secourus après avoir perdu leur chemin en descendant du mont Tidirhine    Ateliers de formation sur l'écologie au profit des élèves    Mohamed Benabdelkader : La reconnaissance de la responsabilité de l'Etat en cas d'erreur judiciaire, une des grandes nouveautés de la Constitution de 2011    La musique gnaoua, entre rituel africain et culte des saints vénérés au Maroc    André Azoulay: Il s'agit d'une consécration de l'engagement pionnier d'Essaouira    L'emprunt obligataire AWB visé par l'AMMC    Les Algériens ne veulent pas Tebboune    Le vivarium du jardin zoologique de Rabat désormais ouvert au public    Football: Qui sont les joueurs africains les mieux payés?    Présidence de la CGEM: Le binôme Alj-Tazi confiant    Et de 6 pour Lydec qui se voit décrocher le « Top Performer RSE » !    Présidentielles algériennes : Abdelmadjid Tebboune vainqueur selon les résultats préliminaires    La BAD approuve près de 245 millions d'euros pour développer les réseaux de transport d'électricité et d'électrification rurale    Gestion des catastrophes naturelles : La Banque mondiale accorde un prêt de 275 millions de dollars au Maroc    Nouvelle défaite cruelle de l'OCK    Eliminatoires Mondial-2022 : La date du tirage au sort fixée    Karim El Aynaoui : « Atlantic Dialogues », une invitation à formuler des réponses urgentes aux grands défis communs »    Iberia reliera Madrid à Fès en 2020    Twitter rêve de réseaux sociaux plus ouverts et de conversations en ligne moins énervées    Le Raja s'impose difficilement, le Wydad facilement    Habib Sidinou, un président sobre et altruiste    Les prémices d'un nouvel espoir    Espagne: Les 3 footballeurs accusés de viol écopent de 38 ans de prison chacuns    Fares appelle à l'élaboration de rapports et études annuels sur la détention préventive    Ce que la Turquie pense du Polisario    L'opposition et la Constitution «adoptent» le PLF    Neutralité carbone en 2050: l'UE s'engage, mais sans la Pologne    Destitution: le vote préliminaire sur le renvoi de Trump en procès reporté à vendredi    Une première, deux conventions collectives dans l'enseignement privé    La Gambie annonce l'ouverture prochaine d'un consulat général à Dakhla    Officiel ! RAM intègre le 31 mars 2020 Oneworld    Académie française: Abdeljalil Lahjomri reçoit le Grand Prix de la francophonie    G-B : La Livre sterling s'envole après la victoire des Tories    L'art Gnaoua inscrit au patrimoine immatériel universel    Expo: La symphonie en bleu de Saâd Hassani    One Piece Stampede, le premier film de la Toei Animation à être diffusé au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des accessoires, des tissus... et des petits rêves africains meublent l'espace rbati !
Publié dans MAP le 28 - 01 - 2012

A Rabat, sur un trottoir propre du centre-ville, Houcine interrompt une petite conversation improvisée avec des "collègues de rue", ouvre son sac-à-dos et étale à même le sol de faux bijoux en argent et des accessoires en faux cuir, en attendant la clémence du ciel.
-Par Nizar LAFRAOUI-
Alors que les belles lampes suspendues le long du boulevard Mohammed V reprennent leurs habitudes nocturnes, des milliers de passants, de noctambules entassés sur les terrasses des cafés ou de simples Rbatis qui font leurs allers-retours quotidiens entre commerces et jardins, Houcine, ou "Oucine" en authentique langage africain, est aux anges. Pour lui la chasse aux clients peut donc commencer.
Des marchands ambulants comme Houcine n'est pas un fait nouveau dans les villes marocaines : des habitudes qui font des vacances estivales leur véritable terrain de chasse. Toutefois, ce qui est nouveau c'es cette "descente", qui sautent aux yeux, de jeunes d'Afrique subsaharienne.
Des "aventuriers" qui n'hésitent pas à endurer une sacrée traversée de désert pour tenter leur chance face à un client marocain qui peut être tenté de s'offrir un produit d'une beauté et d'un exotisme certains.
Notre "Oucine", lui, un jeune sénégalais au corps trapu mais au sourire innocent, avait rejoint le Maroc après avoir parcouru des milliers de kilomètres dans un pénible périple de trois jours, à travers la Mauritanie. Muni d'un stock suffisant de diverses marchandises, au cachet typiquement africain, il est venu avec l'ambition d'écouler ses biens sur un marché nouveau pour lui. Mais qui n'en est pas un pour son frère ainé, Youssef. Un jeune costaud qui se considère parmi les premiers "conquérants" de la nouvelle "route de la soie" qui lie le Sénégal au Maroc.
C'est dans un appartement exigu au quartier populaire de Takaddoum, connu pour ses milliers d'hôtes africains, dont des étudiants, des commerçants ou encore des immigrés clandestins, que Houcine a élu domicile, l'air comblé de sa première expérience au Royaume.
Il a vite appris quelques expressions qui suffisent, apparemment, à entrer en contact avec ses clients potentiels. Combien ce bracelet ? " Cinquante dirhams Khouya (mon frère) ", répond Houcine. Et dès que la conversation sort de son petit dictionnaire, il recourt à Youssef, son traducteur.
Son revenu quotidien, entre 100 et 150 DH, il ne le tire pas seulement de son commerce nocturne au Boulevard Mohammed V. Sa quête des clients, dont la plupart ressentent de la sympathie, voire de l'affection, pour Houcine et semblables, commence dès les premières heures du jour. Son sourire d'enfant et son sens d'humour, mais aussi ses valeurs tijanes, inculquées par sa famille, sont ses atouts infaillibles.
Les longues journées d'été s'égrènent, Houcine travaille de plus en plus dur pour revenir à son pays muni d'une belle somme d'argent, mais aussi de produits marocains qu'il compte y écouler. Reste que son grand rêve est de lancer un projet commercial parmi les siens et fonder une petite famille.
Non loin de Houcine, le boulevard Mohammed V accueille aussi, à bras ouverts, de jeunes filles de la région subsaharienne, dont le courage et la détermination n'ont rien à envier à leurs frères et compagnons de route.
Vêtue d'un tissu africain aux couleurs vives, Anta, une jeune fille de 26 ans aux tresses bien entretenues, a pris le soin de délimiter son territoire. Sa forte personnalité, bien visible, et ses traits fermes que les jours ont endurcis, donne la mesure de la solidité de cette "aventurière".
Entre son histoire et celle de Houcine, il n'y a pas vraiment de parallèle. Née dans un milieu moyen, elle a cumulé les diplômes en informatique et en secrétariat pour aspirer décrocher un emploi. Devant l'échec de toutes ses tentatives, elle a décidé de prendre l'avion à destination du Maroc, chargée d'un bon stock d'accessoires, de tissus et de crèmes aux vertus thérapeutiques. Avant Rabat, son périple l'avait emmenée à Casablanca, Tanger, Agadir, Tétouan et Dakhla.
Après un séjour dans un hôtel bon marché, qui venait à bout de l'essentiel de ses revenus, elle a opté pour le choix "magique" de la collocation avec ses collègues de "travail". Des filles avec qui elle fait semblant d'ignorer la dureté de la vie et l'éloignement des proches.
Pour Anta, les aléas de la vie n'ont pas réussi, par contre, à subtiliser l'innocence ni la franchise. Interrogée sur le secret derrière l'affluence des Marocains sur les produits africains étalés sur le trottoir, elle ne mâche pas ses mots.
"Les Marocains croient que tous ces produits sont importés, alors qu'en réalité, l'essentiel est acheté de grossistes à +Souika+ de Rabat. Le reste, des produits africains typiques, sont vendus à Casablanca par de grands commerçants africains", confie Anta, la Sénégalaise.
Une petite tournée au boulevard Mohammed V montre que ce sont bien les Sénégalais qui prennent les "affaires" en main. Les autres subsahariens n'ont pas eu la même "chance" pour accéder à ce "nouveau marché" qui bénéficie d'une certaine tolérance des autorités publiques, alors même que des propriétaires de commerces de la place ne le voient pas d'un bon oeil.
Tayi, un autre aventurier a, lui, un objectif bien clair. La trentaine dépassée, ce Nigérian qui a raté son premier rendez-vous avec "l'eldorado" européen n'entend pas baisser les bras. Les pieds à Rabat mais le coeur et l'oeil penchés vers le vieux continent, Tayi s'attache mordicus à son rêve. En attendant, il s'affaire à se faire un peu d'argent grâce à la vente d'accessoires en cuir et de pièces de décoration, vraisemblablement "made in Africa". Son regard vague et lointain résume à lui seul tout son malaise.
Houcine, Anta et Tayi sont, en fin de compte, des pseudonymes d'un seul rêve. Celui de surfer sur une vague docile menant vers le Nord. Mais, quand le rêve semble se briser sur le rocher de Gibraltar, le Royaume n'est plus seulement un pays de transition. Il devient alors un pays d'accueil provisoire, un provisoire qui risque de durer !.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.