Made In Morocco : Les Marocains veulent consommer local, mais...!    Milan : trois jeunes marocains prendront part aux négociations de la pré-Cop26    Maroc / Royaume-Uni : construction du "câble" électrique sous-marin le plus long du monde    Tunisie : des manifestants redoutent «un retour à l'ère de Ben Ali» et dénoncent la France    Compteur coronavirus : 734 nouveaux cas, plus de 18,3 millions de personnes complètement vaccinées    Dakhla : six morts dans un accident de la route    Le marocain SMDM et le portugais Movicortes créent une joint-venture    Les indicateurs en hausse du 20 au 24 septembre    Un «marchepied» vers l'amélioration de l'inclusion financière    Le Médiateur du Royaume souligne le rôle de la médiation institutionnelle    Mali / Affaire Wagner : Moscou sort de son silence    Allemagne : La page Merkel tournée dimanche    Angela Merkel s'apprête à quitter la scène    Mondial Futsal 2021: Le Maroc quitte la compétition la tête haute    Plus d'une tonne de cocaïne saisie au large des Canaries    Bourita réaffirme l'engagement continu du Maroc    Italie : Interpellation du leader indépendantiste catalan Carles Puigdemont    En une semaine, une troisième découverte archéologique au Maroc anime les médias    Royaume-Uni : Palier à une pénurie de main-d'oeuvre par des visas temporaires    La créativité et l'art se manifestent en «Muse»    Démolition du cinéma L'Opera à Salé    L'exilé du Mogador: un autre regard sur la guerre du Rif    Ligue 1 : Paris SG, le grand huit    Angleterre: Liverpool vire en tête, City dompte Chelsea, United se rate    Hamdallah bien parti pour quitter Al-Nasr    Mondial Futsal / Quart de finale : Maroc-Brésil sur BeIN Sports à 14h00    Algérie : le procès du frère de l'ancien président Bouteflika reporté    Interview avec Hassan Aourid «L'islam politique au Maroc connaît une crise profonde»    Belgique. Le fonds activiste Bluebell Capital Partners demande le départ de la marocaine Ilham Kadri, PDG de Solvay    Etats-Unis : au moins trois morts dans le déraillement d'un train    Décès de Abdelouahab Belfquih: affaire classée, pas d'acte criminel    Ouverture exceptionnellement de centres de vaccination au profit des élèves    L'ADFM revendique une rupture avec les pratiques du passé    Agadir : deux tonnes de drogue saisies, sept interpellations    Les enjeux de la capitale du Souss!    Algérie. La descente aux enfers    Coupe du monde féminine U20 : Reprise cet après-midi du reste du temps du jeu du match Bénin-Maroc interrompu hier    Témoignage : «Monkachi, un homme politique»    Exposition : Voyage dans l'âme de Zokhrouf    Somalie: huit morts et sept blessés dans un attentat suicide à Mogadiscio    Championnats du monde de Force athlétique : Le Marocain Nezar Ballil remporte la médaille de bronze    Au moins huit soldats tués dans une embuscade de l'Iswap dans le Nord-Est du Nigéria    Musique: morceaux conquérants    A propos de la campagne contre le Maroc : Quand parler de coordination n'est pas faire preuve de paranoïa    Moulay El Hassan El Mounadi du PAM, élu président du Conseil de l'arrondissement Ennakhil à Marrakech    Image : La FNM célèbre la photographie artistique    Festival: Il était une fois... le Street Art (Part I)    Maroc-USA : Exercices militaires conjoints liés à la prévention des catastrophes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une rentrée politique sous pression
Publié dans MarocHebdo le 11 - 10 - 2020

Il sera intéressant de voir comment se dérouleront les travaux du Parlement lorsqu'il aura à délibérer de plusieurs projets de loi importants dans les prochaines semaines.
Cette rentrée parlementaire et politique ne se fait pas dans des eaux calmes, tant s'en faut. Les facteurs de division ne manquent pas; ils s'accentuent même, notamment dans la perspective des scrutins de 2021. Ce qui cristallise les différends et génère activement les divisions a trait à cette histoire de quotient électoral. Faut-il réviser la loi électorale? Tout Le monde en convient et les chapitres ne manquent pas: le mode de scrutin, le découpage des circonscriptions électorales, les listes des femmes et des jeunes, le financement électoral...
Globalement, un consensus s'est réalisé, laborieusement cependant, sur la majorité de ces points à l'ordre du jour sauf pour ce qui est du mode de scrutin. Lors des réunions tenues par le ministre de l'Intérieur, Abdelouafi Laftit, ce dossier a avancé. Mais sur le quotient électoral, les positions sont restées tranchées, chacun dans son «bunker». Le PJD d'un côté et tous les autres partis de l'autre: voici le schéma actuel.
La formation islamiste refuse toute modification du paramètre présidant à la répartition des sièges; elle défend celui des précédentes élections, un quotient électoral calculé sur la base des suffrages exprimés. Ce dossier est devenu pratiquement une bataille politique. Le PJD fait même référence au boycott des prochaines élections si la proposition d'un calcul de ce quotient électoral se faisait sur la base des électeurs inscrits. Dans ses tablettes de calcul et de simulation, il estime qu'il perdrait une trentaine de sièges; et il ajoute que ce qui est concocté n'est rien d'autre qu'une opération dirigée contre lui.
Il serait intéressant de voir comment se dérouleront les travaux du Parlement, dont la session d'automne a été ouverte vendredi 10 octobre 2020. Ce qui paraît prévaloir, c'est que les positions semblent peu conciliables. Si tel était finalement le cas, l'on peut douter de la concrétisation de la position actuelle de la formation islamiste lors des prochaines élections. D'autres textes législatifs pâtissent également d'un manque de consensus; ils n'ont pas la même charge politique. Tel celui sur le code du travail et la loi organique sur le droit de grève prévu par la Constitution (article 29 alinéa 2).
Commission compétente
Autre texte: la réforme du code pénal, elle aussi en instance depuis 2016. Un projet avait été défendu par l'ex-ministre de la Justice, le PJD Mustapha Ramid, mais il ne portait que sur quelque 80 articles. Son successeur, le ministre USFP Mohamed Benabdelkader ne l'a pas repris à son compte, estimant que la réforme devait être élargie à d'autres pans du code pénal. Pour être complet, il faut ajouter d'autres textes législatifs importants: la Charte de l'investissement, la loi organique de la fiscalité, prévue par les assises de mai 2019, la Charte des services publics...
La perspective des échéances électorales de 2021 pousse-t-elle à serrer les rangs au sein de ce cabinet? Quelle lecture sera faite alors du bilan de ce gouvernement? Qui revendiquera quoi dans les réalisations éligibles à l'actif? Et à qui imputer le passif? L'hypothèse dominante est que l'on est dans une séquence de transition heurtée davantage d'ailleurs par l'impact de la pandémie. Dans cette même ligne, le calendrier électoral de 2021 n'est pas favorable à des réformes et à des arbitrages. La session de printemps 2021 sera pleinement dominée par le fièvre préélectorale, peu propice à une pleine activité législative au sein du Parlement. Pas de quoi mettre en relief l'action de ce gouvernement...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.