Renouvellement du label RSE de la CGEM pour les Brasseries du Maroc    Participation du Maroc à la 11è conférence de l'OMC à Buenos Aires    COUPE DU MONDE DES CLUBS: AUJOURD'HUI A 14 H,LE WAC POUR LA 5° PLACE    COUPE DU MONDE DES CLUBS:AL JAZEERA OU QUAND HENK EX. FCB RETROUVE DE NOUVEAU LE REAL    LES FAR EN CRISE:REFLEXION DETOURNEE DE AMRI    Tout sur le prochain Forum des études supérieures au Royaume-Uni    Nadia Chellaoui expose ses créations à la galerie Nelly WANDJI à Paris.    Rigobert Song ,de la survie à l'ambition au Chan 2018    Course automobile: Le 2è E-prix, le 13 janvier 2018 à Marrakech    Al Qods: Les premiers effets de la géopolitique du chaos    Syrie: retrait de la majeure partie des forces russes    Le bilan 2017 de la chasse au terrorisme    Le 6 eme but de Rachid Alioui en Ligue 2 pour Nîmes contre Clermont    PJD: El Othmani contre El Azami    Le tiers des élèves va à l'école le ventre vide    Rapport d'évaluation du programme d'appui de l'UE à la 2ème phase de l'INDH    Températures min et max prévues - Lundi 11 Décembre 2017    Le RNI en marche pour les prochaines législatives    Driss et Mehdi font leur «marocologie»    Lydec se mobilise face aux intempéries    Jamal Eddine Naji élu président du Réseau Orbicom    Les juridictions commerciales améliorent leur quota    Sanctions à l'encontre d'un Wali et six gouverneurs    Climat : Le Roi Mohammed VI à Paris pour le « One Planet Summit »    Explosion de Manhattan: quatre blessés, dont un suspect    26 gros contrats pour l'automobile scellés devant le souverain    Achraf Hakimi, premier joueur marocain à marquer un but dans l'histoire du Real    Lutte contre la désertification et gestion durable des terres : Rabat accueille le nouveau siège de l'UCR-Afrique    MAZAD & ART : Quand l'exclusivité accompagne le génie !    L'action de la Fondation Mohammed VI des ouléma africains prend de la vitesse    Vidéo : Le boulevard Al Qods inondé à Casablanca    Elections partielles à Inzegane : Le PJD remporte le siège en jeu    Addoha : Une collecte de 26,3 milliards DH et un endettement net réduit de 31,5%    De gros chocs en huitième de CL    SM le Roi reçoit à Casablanca le président du groupe chinois « BYD Auto Industry »    Une première édition réussie !    POUR SA MEMOIRE:UNE OEUVRE DE FEU JILALI GHARBAOUI AVAIT ETE VENDUE A: 7OO 000 EUROS!    Le bel hommage à Hallyday!    «Les archives musicales sont rares à l'heure actuelle»    Samedi, la France unie a rendu un vibrant hommage à Johnny...    Brexit : Un accord de divorce, mais avec des questions en suspens    BMCE Bank of Africa, AFD et BEI s'associent    LES MAROCAINS DE LIBYE SOUS LA LOUPE DU BCIJ    L'ECOLE ET « ACHAGHAB » LE REVERS DE LA MEDAILLE    Sommet de Paris sur le Climat : Une taxe sur les transactions financières envisagée    1 milliard $ investis par Attijariwafa Bank en Afrique    PJD, El Othmani, le « réformateur »    La météo nous promet pluie, neige et froid…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





PLF 2018: Les députés du PPS soulignent l'insuffisance du volet social du PLF 2018
Publié dans Albayane le 22 - 11 - 2017

Tout en soulignant l'effort financier consenti dans le cadre du projet de loi de finances 2018 au profit des principaux secteurs sociaux que sont l'enseignement, la santé et l'emploi, les députés du parti du progrès et du socialisme estiment qu'il ne permet pas de relever les défis qu'affronte le pays en matière notamment d'emploi, de réduction des disparités sociales et des déséquilibres spatiaux toujours croissants.
Dans une intervention présentée, au nom de son groupement parlementaire du progrès et du socialisme, mercredi 15 novembre, lors de l'examen en plénière par la Chambre des représentants de la première partie du PLF 2018, le député Jamal Karimi Benchekroun, a indiqué que le renforcement de la gouvernance territoriale à travers la réussite du chantier de la régionalisation avancée est la solution idoine pour promouvoir le développement durable du pays et parvenir à l'élaboration d'un nouveau modèle de développement.
Pour y parvenir, il est nécessaire de s'appuyer sur une vision globale visant à assurer la convergence entre les différents politiques sectorielles poursuivies et parvenir aux consensus requis au sujet du projet de société du Maroc de demain, où l'enseignement est considéré comme une priorité des priorités et où il n'y a pas de place à l'emploi sur CDD. L'enseignement et l'éducation des jeunes, les femmes et les hommes de demain, doivent bénéficier de la plus grande attention dans toutes les politiques visant le développement durable du pays, a-t-il martelé.
Outre les lois de finances adoptées au cours des dernières années et qui se ressemblent, le Maroc ne dispose pas d'un plan économique complémentaire. Le pays se contente de définir des priorités qu'il convient de réaliser.
Le député s'est pas ailleurs félicité du retrait de l'augmentation de la TVA sur les hydrocarbures et les agents intermédiaires des assurances tout en regrettant l'augmentation du timbre du passeport de 300 à 500 DH et le refus de créer un impôt sur les sociétés qui font des bénéficies de plus 5 millions de Dirhams et un autre sur les boissons gazeuses et jus artificiels, qui consomment de grandes quantités de sucre.
Il a souligné dans le même ordre d'idées la nécessité de procéder à une réforme fiscale dans le but de réaliser la justice sociale, de prévoir des mesures fiscales incitatives au profit de la classe moyenne, de revoir les critères d'imposition des pensions de retraite, tout en appelant à la poursuite du chantier de la régionalisation avancée et de l'accompagner par l'établissement d'une charte de la déconcentration et de déployer davantage d'efforts en matière d'industrialisation et de promotion des PME.
Il s'est enfin interrogé sur la faisabilité de l'actuel modèle de développement du pays, notant que le Maroc a certes accompli de grandes réalisations grâce à la symbiose entre les forces nationales et l'institution royale, en particulier depuis le gouvernement de l'alternance consensuelle et l'avènement du nouveau règne en particulier en matière de démocratisation, des droits humains, des droits de la femme, de l'équité et de la réconciliation, de l'adoption de la constitution de 2011 et d'autres réalisations économiques grandioses, sans oublier la reconnaissance de la langue amazighe comme langue nationale et les succès remportés en matière de défense de l'intégrité territoriale du royaume.
Tous ces acquis doivent toutefois être consolidés dans la perspective du renforcement de l'Etat de Droit et des institutions et de la mise en œuvre saine de la Constitution pour que tous les citoyens puissent jouir d'une vie digne dans un pays libre et uni où règnent la justice sociale et spatiale, l'égalité, la liberté, la démocratie et le progrès, a-t-il dit.
Et Jamal Benchekroum de souligner qu'il est indispensable de procéder à l'adoption d'un nouveau modèle de développement, comme le réclame désormais SM le Roi Mohammed VI, étant donné que l'actuel modèle a atteint ses limites.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.