Edito : Redonner confiance    Lutte contre l'habitat insalubre : El Brouj, 59ème ville sans bidonvilles    Salaheddine Mezouar élu président de la CGEM    BMCE Bank of Africa et Crédit Agricole du Maroc primés en Afrique    Le patron de Facebook présente ses excuses devant le parlement européen    Entretien téléphonique entre SM le Roi et le président Palestinien    La voie de l'émergence    Marché du travail : Pertes dans l'industrie    Officialisation de l'amazigh : Dernière ligne droite chez les députés    [Top] Les 15 plus grands innovateurs de tous les temps : Shigeru Miyamoto (11ème)    Parlement: Le gouvernement continue de bouder les propositions de loi    Agadir Affrontements mortels à la faculté des lettres    Méga-barrage sur le Nil: La guerre de l'eau n'aura pas lieu    Guelmim-Oued Noun veut classer son patrimoine archéologique    Les musées récupèrent les œuvres saisies par la Douane    Manuscrits et œuvres antiques au patrimoine national    Football: Manchester United vaut 3,2 milliards d'euros    Le Roi Mohammed VI appelle Mahmoud Abbas    26 sociétés bénéficient de l'aide de l'Etat    Le Maroc et la Corée du Sud veulent donner un nouvel élan à la coopération bilatérale    Tan-Tan : 113 projets de diplômés chômeurs financés par l'INDH    Un individu succombe à ses blessures    "fait maison" ou "prêt à emporter", que préfèrent les Marocains ?    Concert «Trois cultures, trois musiques» par Luis Delgado à Rabat    Produit par Hamid Bouchnak : Le single «Ramadan Kareem» de Soufiane Nhass bientôt en clip    Rencontre à Rabat consacrée à la préparation des épreuves du baccalauréat en juin 2018    Rabat abrite la 2ème Conférence annuelle sur la paix et la sécurité en Afrique les 18 et 19 juin    30ème journée de la Botola Maroc Telecom : Un épilogue sans grande surprise    «La photographie marocaine est encore marginalisée»    Transfert : Emery, après le PSG, se dirige vers Arsenal    Télémédecine et répression de la faude aux examens, sur la table du gouvernement    Les Marocains, deuxièmes sur la liste des affiliés étrangers à la sécurité sociale en Espagne en avril    Le régime algérien, un véritable «danger» pour la cohésion et la souveraineté nationales    L'UE et les marchés tremblent pour l'Italie    (Vidéo) C1: Entre CR7 et Mo Salah, Zizou a fait son choix!    Réunion de la deuxième session du CC du PPS    Incident fortuit à la Faculté des lettres d'Agadir!    Merouane Kabbaj diplômé de l'université du Québec    Netflix: Barack et Michelle Obama sont les nouveaux producteurs!    Marche populaire de solidarité avec le peuple palestinien    Des représentants du Maroc à Bruxelles pour la Gambie    SM le roi lance des projets dédiés aux femmes et aux jeunes à Kénitra    Le WAC et le HUSA complètent le podium derrière l'IRT    53 blessés dans un atterrissage d'urgence d'un avion de la Saudia (+vidéo)    «Le développement de l'enseignement de l'amazighe connaît un retard notable»    Le coach de l'équipe nationale iranienne dévoile sa constellation    Décès de l'ancien joueur de l'équipe nationale de football Mohamed « Houmane » Jarir    C1 – Klopp: « Zizou est l'un des meilleurs joueurs de tous les temps »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





PLF 2018: Les députés du PPS soulignent l'insuffisance du volet social du PLF 2018
Publié dans Albayane le 22 - 11 - 2017

Tout en soulignant l'effort financier consenti dans le cadre du projet de loi de finances 2018 au profit des principaux secteurs sociaux que sont l'enseignement, la santé et l'emploi, les députés du parti du progrès et du socialisme estiment qu'il ne permet pas de relever les défis qu'affronte le pays en matière notamment d'emploi, de réduction des disparités sociales et des déséquilibres spatiaux toujours croissants.
Dans une intervention présentée, au nom de son groupement parlementaire du progrès et du socialisme, mercredi 15 novembre, lors de l'examen en plénière par la Chambre des représentants de la première partie du PLF 2018, le député Jamal Karimi Benchekroun, a indiqué que le renforcement de la gouvernance territoriale à travers la réussite du chantier de la régionalisation avancée est la solution idoine pour promouvoir le développement durable du pays et parvenir à l'élaboration d'un nouveau modèle de développement.
Pour y parvenir, il est nécessaire de s'appuyer sur une vision globale visant à assurer la convergence entre les différents politiques sectorielles poursuivies et parvenir aux consensus requis au sujet du projet de société du Maroc de demain, où l'enseignement est considéré comme une priorité des priorités et où il n'y a pas de place à l'emploi sur CDD. L'enseignement et l'éducation des jeunes, les femmes et les hommes de demain, doivent bénéficier de la plus grande attention dans toutes les politiques visant le développement durable du pays, a-t-il martelé.
Outre les lois de finances adoptées au cours des dernières années et qui se ressemblent, le Maroc ne dispose pas d'un plan économique complémentaire. Le pays se contente de définir des priorités qu'il convient de réaliser.
Le député s'est pas ailleurs félicité du retrait de l'augmentation de la TVA sur les hydrocarbures et les agents intermédiaires des assurances tout en regrettant l'augmentation du timbre du passeport de 300 à 500 DH et le refus de créer un impôt sur les sociétés qui font des bénéficies de plus 5 millions de Dirhams et un autre sur les boissons gazeuses et jus artificiels, qui consomment de grandes quantités de sucre.
Il a souligné dans le même ordre d'idées la nécessité de procéder à une réforme fiscale dans le but de réaliser la justice sociale, de prévoir des mesures fiscales incitatives au profit de la classe moyenne, de revoir les critères d'imposition des pensions de retraite, tout en appelant à la poursuite du chantier de la régionalisation avancée et de l'accompagner par l'établissement d'une charte de la déconcentration et de déployer davantage d'efforts en matière d'industrialisation et de promotion des PME.
Il s'est enfin interrogé sur la faisabilité de l'actuel modèle de développement du pays, notant que le Maroc a certes accompli de grandes réalisations grâce à la symbiose entre les forces nationales et l'institution royale, en particulier depuis le gouvernement de l'alternance consensuelle et l'avènement du nouveau règne en particulier en matière de démocratisation, des droits humains, des droits de la femme, de l'équité et de la réconciliation, de l'adoption de la constitution de 2011 et d'autres réalisations économiques grandioses, sans oublier la reconnaissance de la langue amazighe comme langue nationale et les succès remportés en matière de défense de l'intégrité territoriale du royaume.
Tous ces acquis doivent toutefois être consolidés dans la perspective du renforcement de l'Etat de Droit et des institutions et de la mise en œuvre saine de la Constitution pour que tous les citoyens puissent jouir d'une vie digne dans un pays libre et uni où règnent la justice sociale et spatiale, l'égalité, la liberté, la démocratie et le progrès, a-t-il dit.
Et Jamal Benchekroum de souligner qu'il est indispensable de procéder à l'adoption d'un nouveau modèle de développement, comme le réclame désormais SM le Roi Mohammed VI, étant donné que l'actuel modèle a atteint ses limites.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.