Paiement Mobile. 6 millions d'utilisateurs marocains en 2024    Une enquête sur le recrutement de deux joueurs mineurs par l'AS Monaco    Kénitra: Kromberg & Schubert investit 450 millions de dirhams et promet 3.000 emplois    Afrique du Sud : Un scandale à la sex-tape emporte le ministre de l'Intérieur    L'Algérie au pied du mur    Ce précieux fluide devenu très rare    Nuit des galeries 2018 : Appel à candidature    Akhannouch : Un début prometteur pour la saison agricole    Le Conseil de gouvernement reporte sa réunion    L'accord de Skhirat: le seul cadre viable offrant une voie inclusive et durable vers la stabilisation de la Libye    Addis-Abeba: Le Maroc appuie la réforme institutionnelle de l'UA    Dès ce jeudi soir : Afriquia baisse ses prix pour la 2ème fois consécutive    Boulif : Pétions et motocyclistes, priorités de la sécurité routière    Hémodialyse : Seulement 36 centres créés en 6 ans    Assises nationales sur la protection sociale : Les recommandations des intervenants    GFi Informatique intègre Value Pass    Arrestation de quatre personnes impliquées dans l'affaire : Saisie à Marrakech d'une importante quantité de drogue    Le Groupe Banque centrale populaire lance la 1ère édition de «Fintech Challenge»    Fès. Le maire fait son bilan    Debdou la juive    Medays: Une édition sous le signe de la rupture    Debdou: Un peu d'histoire    D'Ifrane à Tokyo : Le VTT marocain en bonne voie pour se qualifier aux prochains Jeux olympiques d'été    WAC-Girard : Le divorce ?    Les prévisions de production et de stocks de céréales revues à la hausse    Entre le marteau du refoulement et l'enclume du déplacement    Habib El Malki reçoit les membres de la commission des pétitions à la Chambre des représentants    Insolite : Une Lamborghini et un lionceau    Treize bases de missiles non déclarées identifiées en Corée du Nord    Limiter l'abandon scolaire à défaut de pouvoir l'éradiquer    Divers    C'en est trop !    "Le serviteur du Roi", cinquième tome des mémoires de Mohamed Seddik Maaninou    La Ligue des nations, rapidement adoptée    Conférence sur l'architecture espagnole à l'Institut Cervantès de Rabat    Festival International du Film de Marrakech : "Les Ateliers de l'Atlas", une nouvelle plateforme professionnelle de création et d'échange    Plaidoyer à Rabat pour la promotion des investissements étrangers dans le domaine cinématographique au Maroc    L'équipe nationale sacrée 3e au niveau mondial    Twitter : la salve de Trump contre Emmanuel Macron    Nouveauté: Le monde rural fait entendre sa voix sur Medradio    Le pape François au Maroc les 30 et 31 mars 2019    Agression israélienne contre Gaza, une spirale de violences régionales selon le gouvernement palestinien    Theresa May réunit son gouvernement, divisé sur le Brexit    Ouvrage collectif : Pour une meilleure exploration culturelle du continent    L'art martial et la manière    Mondial 2022.. La main tendue de l'Iran    CAN2019 : Le Cameroun plus proche que jamais du désistement    Maroc, de quelle culture parlons-nous ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





PLF 2018: Les députés du PPS soulignent l'insuffisance du volet social du PLF 2018
Publié dans Albayane le 22 - 11 - 2017

Tout en soulignant l'effort financier consenti dans le cadre du projet de loi de finances 2018 au profit des principaux secteurs sociaux que sont l'enseignement, la santé et l'emploi, les députés du parti du progrès et du socialisme estiment qu'il ne permet pas de relever les défis qu'affronte le pays en matière notamment d'emploi, de réduction des disparités sociales et des déséquilibres spatiaux toujours croissants.
Dans une intervention présentée, au nom de son groupement parlementaire du progrès et du socialisme, mercredi 15 novembre, lors de l'examen en plénière par la Chambre des représentants de la première partie du PLF 2018, le député Jamal Karimi Benchekroun, a indiqué que le renforcement de la gouvernance territoriale à travers la réussite du chantier de la régionalisation avancée est la solution idoine pour promouvoir le développement durable du pays et parvenir à l'élaboration d'un nouveau modèle de développement.
Pour y parvenir, il est nécessaire de s'appuyer sur une vision globale visant à assurer la convergence entre les différents politiques sectorielles poursuivies et parvenir aux consensus requis au sujet du projet de société du Maroc de demain, où l'enseignement est considéré comme une priorité des priorités et où il n'y a pas de place à l'emploi sur CDD. L'enseignement et l'éducation des jeunes, les femmes et les hommes de demain, doivent bénéficier de la plus grande attention dans toutes les politiques visant le développement durable du pays, a-t-il martelé.
Outre les lois de finances adoptées au cours des dernières années et qui se ressemblent, le Maroc ne dispose pas d'un plan économique complémentaire. Le pays se contente de définir des priorités qu'il convient de réaliser.
Le député s'est pas ailleurs félicité du retrait de l'augmentation de la TVA sur les hydrocarbures et les agents intermédiaires des assurances tout en regrettant l'augmentation du timbre du passeport de 300 à 500 DH et le refus de créer un impôt sur les sociétés qui font des bénéficies de plus 5 millions de Dirhams et un autre sur les boissons gazeuses et jus artificiels, qui consomment de grandes quantités de sucre.
Il a souligné dans le même ordre d'idées la nécessité de procéder à une réforme fiscale dans le but de réaliser la justice sociale, de prévoir des mesures fiscales incitatives au profit de la classe moyenne, de revoir les critères d'imposition des pensions de retraite, tout en appelant à la poursuite du chantier de la régionalisation avancée et de l'accompagner par l'établissement d'une charte de la déconcentration et de déployer davantage d'efforts en matière d'industrialisation et de promotion des PME.
Il s'est enfin interrogé sur la faisabilité de l'actuel modèle de développement du pays, notant que le Maroc a certes accompli de grandes réalisations grâce à la symbiose entre les forces nationales et l'institution royale, en particulier depuis le gouvernement de l'alternance consensuelle et l'avènement du nouveau règne en particulier en matière de démocratisation, des droits humains, des droits de la femme, de l'équité et de la réconciliation, de l'adoption de la constitution de 2011 et d'autres réalisations économiques grandioses, sans oublier la reconnaissance de la langue amazighe comme langue nationale et les succès remportés en matière de défense de l'intégrité territoriale du royaume.
Tous ces acquis doivent toutefois être consolidés dans la perspective du renforcement de l'Etat de Droit et des institutions et de la mise en œuvre saine de la Constitution pour que tous les citoyens puissent jouir d'une vie digne dans un pays libre et uni où règnent la justice sociale et spatiale, l'égalité, la liberté, la démocratie et le progrès, a-t-il dit.
Et Jamal Benchekroum de souligner qu'il est indispensable de procéder à l'adoption d'un nouveau modèle de développement, comme le réclame désormais SM le Roi Mohammed VI, étant donné que l'actuel modèle a atteint ses limites.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.