OPCVM : Plus de 939 MMDH de souscriptions en 2020    Maroc/Météo : Temps assez chaud ce mardi 3 août    Tokyo 2020 / Athlétisme : Première médaille d'or pour le Maroc grâce à Soufiane El Bakkali    Adjudications: Hausse de 46,2% des émissions du Trésor en 2020    La canicule sévit en Grèce, les vagues de chaleur se font fréquentes en Europe    Covid-19/ Casablanca : Reportage au cœur des services de réanimation du CHU Ibn Rochd    Hommages olympiques du roi Mohammed VI à Soufiane El Bakkali après son sacre    Eagle Hills livre la première phase de « Rabat Square »    Le Parlement Jeunesse du Maroc tient sa 3ème session législative    Israël accuse et menace l'Iran qui rejette toute implication    Lancement du Guide de la procédure d'extradition    Le Chef d'Etat-major de l'Armée de Terre des Etats-Unis reçu par le ministre chargé de l'Administration de la Défense Nationale    JO-2020 : El Bakkali offre au Maroc l'Or olympique    Une coupe spectaculaire... sur les traces de la Botola    Dissolution de la direction technique nationale et gel de toutes les activités    Rabat/plage des Oudayas : Le surf de plus en plus populaire (Reportage)    Amrani met en exergue les choix visionnaires de Sa Majesté le Roi    Baisse des revenus des sociétés de financement en 2020    Ministère de l'Economie, des Finances et de la réforme administrative. Un nouvel organigramme entre en vigueur    Pfizer et Moderna augmentent le prix de leurs vaccins contre le Covid    L'intérieur dément les allégations sur la désertion des Forces auxiliaires à Sebta    Dalsinky, l'artiste qui réunit sculpture et peinture (Interview)    La découverte: Imane Benzalim, une femme de chœur    Fatima Regragui tire sa révérence    Le groupe marocain Asif est de retour avec « Balbala »    Couvre-feu à 21H, interdiction des déplacements, fermeture des salles de sport...le gouvernement annonce de nouvelles restrictions    Hussein Arnous chargé de former un nouveau gouvernement syrien    Chambres professionnelles : plus de 12.000 candidats aux élections    L'ancien maire de Fès quitte l'Istiqlal face au «dévoiement de la ligne» du parti    Affaire Ghali : L'étau se resserre autour de l'ex-chef de cabinet de Gonzalez-Laya    Sites marchands/e-marchands. Les transactions par cartes bancaires atteignent un chiffre record    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 2 août 2021 à 16H00    L'ancien maire de Marrakech, Omar Jazouli, tire sa révérence    Inondations : la justice allemande enquête sur des soupçons de défaillances dans la gestion du système d'alertes    JO de Tokyo : « L'or » de la vérité a sonné    Allemagne : l'épouse d'un politologue soupçonnée d'espionnage pour Pékin    Arts plastiques: belle initiative, noble dessein    Meknès : Trois faussaires de billets de banque mis sous les verrous    Sports équestres / Dressage : Honorable performance de Yessin Rahmouni aux JO    Mesures sanitaires : en Allemagne, confrontations entre manifestants et policiers    L'actrice Fatima Regragui n'est plus    L'actrice marocaine Fatima Regragui n'est plus !    Mort de Fatima Regragui, actrice populaire et engagée    Demande sur le cash : Une hausse "exceptionnelle" en 2020 (BAM)    Le rabbin Abraham Joulani félicite SM le Roi à l'occasion de la Fête du Trône (Vidéo)    Climat: le seuil de +1,5°C risque d'être atteint d'ici 2025, avertit l'ONU    Des millions d'Américains menacés d'expulsion    Covid-19 : L'OMC met en garde contre l'inégalité vaccinale pour la reprise économique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Benabdallah: «l'opposition est une alternative crédible à la majorité gouvernementale»
Publié dans Albayane le 12 - 11 - 2020


Invité de la chaîne «Alghad.tv»
«C'est le gouvernement le plus faible qu'a connu le Maroc durant son histoire moderne», a souligné Mohamed Nabil Benabdallah, le Secrétaire général du Parti du progrès et du socialisme (PPS), mercredi 11 novembre 2020. Il était l'invité de la chaîne arabophone «Alghad.tv». Pour lui, c'est «le constat unanime» que toutes les catégories sociales du pays font de cette réalité (milieux économiques, classes moyennes et défavorisées).
Il faut dire, selon le dirigeant du Parti du Livre, que cette situation s'explique par plusieurs faits incontournables, dont entre autres la vérité que ce gouvernement, depuis sa constitution, a fait preuve d'un manque de symbiose entre ses différentes composantes. Ainsi, on trouve d'une part, le Parti de la Justice et du développement (PJD), qui préside ce gouvernement via son Secrétaire général, Saad Eddine El Otmani, et d'autre part, les autres quatre partis, guidés par le Rassemblement national des indépendants (RNI) dont leur motivation principale est dictée par des considérations purement électoralistes. D'où leur intérêt à saper l'action gouvernementale.
Cela étant, ils croient que l'échec du gouvernement serait synonyme de l'échec du PJD lors des prochaines échéances électorales, a-t-il affirmé, avant de mettre l'accent sur le fait que le manque de coordination et l'absence d'une vision globale de la part de la majorité, ont constitué l'une des causes majeures qui ont poussé le PPS à quitter le navire gouvernemental.
L'étroitesse de vue du gouvernement
Selon l'invité de l'émission, la crise pandémique a montré au grand jour la faiblesse de l'Exécutif et son incapacité à tenir un discours convaincant à l'égard de l'opinion publique. Et de poursuivre que le projet de loi des finances 2021 nous démontre l'étroitesse de vue du gouvernement qui se trouve ainsi dépourvu d'une vision claire dont la finalité est l'impulsion d'une nouvelle dynamique à l'économie nationale et tirer vers le haut les catégories sociales qui sombrent dans la précarité. Cela étant, les prochaines élections seront une occasion propice pour se débarrasser de ce gouvernement », a-t-il noté en substance.
Répondant à une question concernant le contrôle de l'action gouvernementale, le Secrétaire général du PPS a réitéré ses positions émises au début de la crise sanitaire, en rappelant que s'il n'y avait pas la crise sanitaire, qui nécessitait le renforcement de l'unité nationale afin de lutter contre la pandémie, son parti, en tant que membre de l'opposition parlementaire, aurait pu recourir à une motion de censure. Pour lui, cette option n'est pas à écarter et demeure tout-à-fait envisageable surtout dans le cas de figure où la majorité gouvernementale ne présenterait pas une vision homogène concernant les textes des lois électorales.
Abondant dans le même ordre idées, le leader du PPS a souligné que les initiatives prises par SM le Roi Mohammed VI, visant à immuniser la population contre la propagation de la pandémie, ont évité au pays le risque de fondre dans le vide à tous les étages (sanitaire, social et économique). Mais, malheureusement, au moment où le pays s'apprêtait à sortir du confinement sanitaire, l'opinion publique a, encore une fois, noté la faiblesse du gouvernement, qui ne cessait de prendre des décisions hâtives, sans interagir avec les citoyens», a-t-il martelé.
Pour lui, le PPS, ayant pleinement conscience de ses responsabilités, n'est pas resté les mains croisées, faisant ainsi allusion aux multiples actions prises, conformément aux mécanismes constitutionnels, par les multiples interpellations du gouvernement lors des séances plénières consacrées aux questions, ou en coordination avec les autres formations de l'opposition, comme c'est le cas du mémorandum adopté conjointement avec le Parti de l'Istiqlal (PI) et le Parti Authenticité et Modernité (PAM).
Répondant à une question sur le retrait du PPS de la majorité gouvernementale, Nabil Benabdallah a été on ne peut plus clair. Il a indiqué que le gouvernement Benkirane, en dépit de certains différends, était relativement homogène et s'attaquait de front à des dossiers à caractère économique et social auxquels le PPS a contribué, notamment ceux en lien avec les portefeuilles ministériels importants qu'il assumait, aux cotés des autres formations politiques composant la majorité.
Malheureusement, ce n'est plus le cas pour la majorité actuelle, « divisée voire obsédée par les élections depuis sa constitution», a-t-il affirmé. En termes plus clairs, l'éthique politique exige que «l'adhésion à un gouvernement a pour finalité l'élaboration d'un programme et non pas d'exposer les querelles internes devant l'opinion publique. Ce qui ne fait que creuser davantage le vide politique au niveau de la société et de l'opinion publique», a déclaré le leader du PPS.
Mettre fin au vide politique
D'ailleurs, le PPS n'a cessé de lancer des alertes et des avertissements contre ce vide politique en appelant à donner un souffle démocratique nouveau à la vie politique, à travers la réhabilitation du champ politique, l'élaboration des lois organiques constitutionnelles, l'élargissement de l'espace des libertés, entre autres.
Selon l'orateur, le but escompté consiste à ressusciter la confiance et réconcilier les citoyens avec l'action politique. Idem en ce qui concerne l'économie, avec l'objectif de donner une impulsion à l'économie nationale car le Maroc dispose de capacités économiques énormes pour aller de l'avant. Au niveau social, le PPS, en tant que parti progressiste, a fait de la lutte contre la précarité une priorité des priorités en appelant à la généralisation de la couverture sociale universelle. «Nous sommes heureux que SM le Roi a appelé le gouvernement à s'atteler avec sérieux à ce chantier et œuvrer à son concrétisation durant les 5 années à venir».
Concernant l'alliance du PPS avec les autres formations, à savoir le PI et le PAM, Benabdallah a expliqué que le retour du PPS à l'opposition a donné un nouveau souffle à ses rangs, surtout au niveau de la coordination, comme en témoigne la décision de créer une commission parlementaire tripartite (PPS, PI, PAM) pour enquêter sur l'équité territoriale et la manière avec laquelle le gouvernement a géré ce dossier durant la crise pandémique. Ou encore la présentation d'un mémorandum commun contenant des éléments de réponses pour sortir de la crise actuelle (politique, sociale et économique). Est-ce que de telles actions déboucheront sur une alliance entre les trois partis ? Pour Nabil Benabdallah, ce qui est certain c'est que la coordination entre les trois partis fonctionne à merveille. Si les choses continuent dans ce sens, cette coordination sera encore renforcée par une alliance qui se présente comme une alternative à la majorité actuelle, lors de prochaines échéances électorales, a-t-il conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.