Covid-19: Fin de la deuxième vague Omicron au Maroc    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 9 Aout 2022    La France et l'Europe doivent mettre en place une alliance rénovée avec le Maroc    Journée nationale du migrant: Le CCME soutient les initiatives des Marocains du monde envers leurs régions    L'endettement financier des ENF à près de 821 MMDH en 2021    PLF 2023. Quel impact de la mise en œuvre de la loi-cadre sur la fiscalité ?    La circulation fiduciaire progresse de 5,6% en 2021 (BAM)    Grève de Ryanair : dix vols annulés en Espagne    Accord de paix au Tchad: l'ONU salue une « étape importante » dans l'histoire du pays    Les Etats-Unis et les pays africains, des « partenaires égaux » face aux nouveaux défis    La culture autre levier de la diplomatie marocaine    Mer de Chine : Exercices militaires de Taipeh et prolongement des manœuvres chinoises    Palestine : Tel-Aviv poursuit l'élimination des cadres de la résistance    Chambre des Conseillers : la sécurité sanitaire est une priorité centrale de la souveraineté nationale    Incendie de forêt : 700 hectares partis en fumée en France    Transfert : Isco rejoint le FC Séville    Mondiaux juniors : Le Marocain Benyazide remporte le bronze du 3000 m steeple    La CAF lance une nouvelle plateforme en ligne de licences de clubs    Ukraine : Au 166è jour de guerre, Moscou et Kiev échangent les accusations    Les Etats-Unis mettent fin à des mesures migratoires de Donald Trump    Eaux contestées : le Hezbollah libanais hausse le ton contre Israël    Le «Pavillon Bleu» hissé pour la 11è fois consécutive sur la plage d'Aglou à Tiznit    Insolite : une compagnie de matelas recrute des dormeurs professionnels    5èmes jeux de la Solidarité islamique : une forte participation marocaine pour faire briller le sport national    Clôture à Ain Leuh du 21ème Festival national d'Ahidous    Jidar Rabat Street-Art Festival: Neuf nouvelles oeuvres garnissent la capitale    SNRT: Journées portes ouvertes au profit des Marocains du monde    Beyonce au sommet des ventes aux Etats-Unis, une première depuis près de 15 ans    Le mercato international du Raja : Un Libérien pour faire oublier Ben Malango !    Enseignement supérieur: Pourquoi nos Universités peinent-elles à monter en gamme ?    Sports urbains : Le Marocain Bilal Sahli remporte la médaille d'argent au Mondial    Région TTA : 206 projets approuvés pour 8,4 MMDH    Maroc : Manifestations de solidarité avec le peuple palestinien    Mercato de L'AS FAR : Derrag, Naji, Assout et Jouini et prolongement de Neffati    Botola Pro D1 et D2 : La feuille d'arbitrage digitalisée dès le début de la saison    Eté 2022, une opération Marhaba qui tranche avec les précédentes    Najat Aâtabou danse et chante à l'occasion d'Achoura (VIDEO)    Coupure temporaire de la circulation ce mercredi sur cette route    Le Groupe arabe à l'ONU salue les efforts du Roi en faveur de la Palestine    Bourse de Casablanca: l'essentiel de la séance du lundi 08 août    Le «Parlement itinérant» fait escale à Tanger    ONU : Le Groupe arabe salue les efforts soutenus du Roi en faveur de la cause palestinienne    La revue de presse du mardi 9 août    Météo. Voici le temps qu'il fera ce mardi 09 août au Maroc    Rabat: le patrimoine culturel populaire valorisé par la célébration de Baba Achour    La politique actuelle des visas «abîme» les relations de la France avec le Maghreb    Les faucons de Lekouassem d'Oulad Frej sont lâchés    L'apostille de "Dbibina" : quand les Soros-suceurs se mélangent les pinceaux et en paient le prix fort !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Sbagha Bagha, cinquième du nom !
Publié dans Les ECO le 28 - 06 - 2018

Créée par Salah Malouli, directeur artistique de l'association l'EAC-L'boulvard, Sbagha Bagha peint, depuis 2013, les lignes encore trop fines d'une culture de proximité au Maroc. Le concept ? Colorer les murs de la ville blanche avec la participation d'artistes aussi bien locaux qu'internationaux. On ne peut qu'applaudir cette belle initiative chargée d'un engagement profond quant au développement de la culture au Maroc. Interview avec Hicham Bahou, l'un des deux directeurs du projet, et rendez-vous du 25 juin au 1er juiller 2018 dans la maison de la culture !
D'où est née l'idée du projet Sbagha Bagha ?
Sbagha Bagha est en fait la continuité d'une vision engagée en faveur de la promotion de la culture et de l'art au Maroc. Dans le cadre de l'EAC-L'boulvard, on organise, depuis 1999, des concerts, des ateliers, des formations, des rencontres et des festivals avec comme objectif l'accompagnement de jeunes talents. En 2010, l'association a fondé le Boultek, qui est le premier centre de musiques actuelles au Maroc. Sbagha Bagha s'inscrit dans cette lignée, en faisant bouger les énergies locales et se positionner en tant que déclencheur à la sensibilité artistique. Au travers de l'aspect visuel, qui représente l'empreinte de l'EAC-L'boulvard dans le développement des ses projets, on a toujours été en contact avec des graphistes et illustrateurs, d'où la naissance de Sbagha Bagha.
Que voulez-vous atteindre à travers ce festival ?
Ce que l'on veut, c'est construire une dynamique sur le long-terme. Nous ne sommes pas très fans du concept « one-shot », où l'on fait venir des artistes pour 2-3 jours, qui repartent tout aussi vite en ne laissant aucune empreinte concrète dans notre pays. Nous, nous sommes ancrés sur le terrain, pour le transformer par la suite. Nous travaillons sur l'esthétique de la ville, mais derrière ça, nous jouons sur les énergies locales, l'épanouissement, l'enthousiasme et la liberté de la population. Nos inspirations visuelles proviennent essentiellement de l'extérieur. Aujourd'hui, on veut développer un art local. Salah est constamment connecté avec les graphistes locaux, qui proposent une vision alternative de la société. Nous les déplaçons de leurs ordinateurs à la rue. Ce que nous faisons, c'est dénicher les talents locaux, pas seulement de Casablanca, mais de Berrechid, Mohammedia, Fès, Tanger, etc, et les animer de leur fibre artistique.
Quelle est votre position quant à l'attitude de l'Etat au regard de la culture ?
Vous savez, je pense qu'il faut arrêter de se plaindre parce qu'on ne fait rien pour nous, parce qu'on est négligés dans notre travail, non. Nous sommes arrivés à un stade où il faut s'aider soi-même, se battre pour réaliser ce en quoi nous croyons. Avant, il y avait "Dar chabab" qui fédéraient les jeunes du quartier. Aujourd'hui, nous avons perdu cela. Nous devons aussi rééduquer le public à se sensibiliser à ces manifestations. Et oui, c'est un fait : l'Etat a délaissé la culture. L'Etat est trop préoccupé par les grands chantiers économiques et politiques pour poser le regard sur la réalisation émotionnelle et intellectuelle de l'individu. Ce qu'il ne comprend pas, c'est qu'elle n'est pas accessoire, mais fondamentale ! Ils sont deux à pouvoir impacter les mentalités marocaines et transmuer des comportements sauvages en comportements civiques : l'éducation et la culture. Et pour moi, les deux ne font qu'un.
Concrètement, quelles activités proposez-vous durant ce festival ?
Notre ligne de force, c'est faire parler les murs de Casablanca. Cette année, quatre artistes réputés (Werc du Mexique, Roa de Belgique, Danae du Canada, et Ed du Maroc) se verront attribués chacun un mur pour s'exprimer sur le monde animal. En second lieu, nous faisons revenir une deuxième édition de la compétition graffiti ouverte à tous les artistes via un appel à candidature sur le site sbaghabagha.ma. 12 artistes batailleront pendant deux jours sur des murs collectifs, le 30 juin et 1er juillet. Aussi, nous proposons une résidence artistique déployant le crayon des artistes du collectif Skefkef sur la pierre. Enfin, et c'est très important pour nous, on propose des ateliers destinés aux enfants, toujours dans la même optique d'insuffler un attachement aux arts et à la culture.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.